fbpx

Cameroun Actuel

« Ils vont convaincre leur communauté d’acheter en jouant sur les sentiments », explique un spécialiste

l’essentiel
De plus en plus de Français, abonnés aux influenceurs, sont victimes d’arnaques lors de l’achat de produits mis en avant par leurs personnalités préférées. Stéphanie Lukasik, spécialiste des réseaux sociaux, fait le point.

Elles sont célèbres, belles, et partagent leur « vraie vie » sur les réseaux sociaux. De nombreux influenceurs, les placements de produits coutumiers font partie du quotidien des Français. Mais qui sont-ils ? Et comment fonctionne le marketing d’influence ? Réponses avec Stéphanie Lukasik, spécialiste des réseaux sociaux.

Comment est né le phénomène des « influenceurs » ?

Tout cela remonte au mouvement des YouTubers, qui se sont ensuite renouvelés en tant qu’influenceurs. C’est au début des années 2000 que ces créateurs de contenus ont commencé à partager leur quotidien et leurs centres d’intérêt. Ensuite, ils ont essayé de créer une communauté autour de lui.

Les influenceurs sont-ils « tous pareils » ?

Non. Il faut distinguer deux types d’influenceurs. Ceux qui créent du contenu pour vendre des produits, typiquement des stars de la télé-réalité qui partagent leur quotidien et tentent de raconter une histoire autour du produit. Leur seul but est de faire du placement de produit et d’en vivre. Et puis il y a les influenceurs dont le but premier est vraiment la création de contenu avant tout, avec eux le placement de produit vient après. Mais actuellement, ce sont les influenceurs qui ne vendent que des produits visés par les réclamations.

Comment arrivent-ils à vendre leurs produits ?

Ils réutiliseront les mécanismes qui sont déjà à l’œuvre dans nos réseaux sociaux traditionnels. C’est-à-dire qu’ils joueront sur la persuasion. Ils convaincront leur communauté d’acheter un produit en jouant sur les sentiments. Par exemple, une influenceuse qui est une jeune maman va être particulièrement persuasive dans la vente de produits liés à la maternité. On fera confiance car on trouvera que l’influenceur nous ressemble. Pour ce faire, ils identifieront des intérêts communs avec les membres de leur communauté et choisiront des produits susceptibles de les intéresser. D’ailleurs, la plupart du temps, ils vont même jusqu’à sonder les membres de leur communauté en leur demandant quel contenu ils aimeraient.

Comment se fait-il que la justice ne réglemente pas davantage les dérives liées à ces ventes ?

Les réseaux socio-numériques ont une temporalité courte, les législateurs ont donc du mal à la concilier avec la justice, qui se fait sur une longue durée. Nous avons encore un cadre légal en France qui est présent dans le code de la consommation pour réglementer les pratiques d’influence en ligne. C’est l’article 20 de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi