fbpx

Cameroun Actuel

Horlogerie: les sous-traitants affectés par le ralentissement

Les sous-traitants de l’industrie horlogère commencent à ressentir le ralentissement conjoncturel mondial. L’exercice 2024 devrait être plus exigeant et les négociations avec les marques horlogères sur les augmentations de prix des composants s’annoncent ardues.

« Avec l’Europe et les Etats-Unis qui ralentissent et la Chine qui ne reprend pas comme anticipé, la visibilité pour la marche des affaires se réduit », indique à l’agence de presse AWP, François Billig, le directeur général d’Acrotec, le spécialiste jurassien de la micromécanique, un fournisseur de poids de l’industrie horlogère.

L’industrie des garde-temps helvétique tournée vers l’exportation dépend de l’état de santé de ses principaux débauchés que sont l’Empire du Milieu, le Vieux continent et le pays de l’Oncle Sam. Si ce secteur, à l’image de l’industrie du luxe dans son ensemble, a su faire fi les deux dernières années des conséquences du renchérissement du coût de la vie et de la guerre en Ukraine, la clientèle fortunée commence à se montrer plus sélective lorsqu’il s’agit de réaliser ses emplettes dans les boutiques des grandes marques de renom à Paris, Londres, New York ou Shanghai.

Les exportations horlogères, un indicateur clé de la branche, s’acheminent certes vers un nouveau record en 2023, mais le deuxième semestre se montre moins dynamique que le début de l’année, ce qui amène les griffes horlogères à commencer à se montrer quelque peu sur la réserve lorsqu’il s’agit de commander des composants à leurs fournisseurs, des entreprises souvent plus petites et moins résistantes aux soubresauts économiques que les marques connues du grand public telles que Rolex, Swatch, Cartier, Audemars Piguet ou Patek Philippe.

Premiers signes

« Un de nos clients horlogers relativement important a fait une demande de relissage. Cela veut dire que ce client souhaite que ses commandes de composants pour 2024 débordent un peu sur 2025 », relate Pierre Dubois, le directeur général de Dubois Dépraz, un sous-traitant au service des maisons horlogères du haut de gamme.

Même son de cloche chez Acrotec. « Nous avons des clients qui ont un peu réduit la voilure et ont décalé des commandes de 2024 sur 2025 », indique son patron.

« Il y a des petits signes mais pas encore de grandes baisses », souligne Pierre Dubois, tout en indiquant que d’autres demandes de « relissage » pourraient survenir en 2024 si le refroidissement…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi