fbpx

Cameroun Actuel

Historien italien renvoyé en justice pour diffamation envers Meloni

Le tribunal de Manhattan est parvenu mardi à choisir six des douze citoyens chargés de juger Donald Trump au procès historique qui percute la campagne électorale de l’ancien président américain. La sélection des autres jurés doit se poursuivre ces prochains jours.

Au bout de la deuxième journée d’audience, les six jurés, certains fébriles, d’autres souriants, ont été invités par le juge à remplir une rangée de leur box, avant de prêter serment devant le tribunal, debout, la main droite levée.

Tous ont vu leur vie scrutée: d’abord en répondant à un long questionnaire général sur leur profession, situation familiale, sources d’information, centres d’intérêts, et leur opinion sur Donald Trump, avant de se soumettre à des questions encore plus détaillées de l’accusation ou de la défense, qui a traqué tout signe de partialité possible à l’encontre du prévenu, jusque dans leurs publications sur les réseaux sociaux.

« La question n’est pas de savoir si quelqu’un est d’accord politiquement avec votre client. La question, c’est de savoir s’ils peuvent le juger de manière juste et impartiale », a rappelé le juge à la défense.

Mise en garde à Trump

Le magistrat, que Donald Trump qualifie de « corrompu » ou de « juge anti-Trump », a également lancé une sèche mise en garde au prévenu, qui a semblé murmurer quelques mots à l’une des jurées potentielles. « Je ne laisserai pas intimider des jurés dans mon tribunal », a lancé le juge aux avocats de Donald Trump, les sommant de brider leur client.

Pour être complet, le panel doit compter six jurés titulaires de plus, ainsi que six suppléants. Le juge a l’intention d’avancer et de clore le processus en une semaine. Il a annoncé que les plaidoiries d’ouverture de l’accusation et de la défense commenceraient lundi.

En pleine campagne présidentielle pour être réélu à la Maison-Blanche, Donald Trump, 77 ans, doit assister, en silence, à ce long et fastidieux processus de sélection du jury, au moment où son rival démocrate, l’actuel président américain Joe Biden, fait campagne sur le terrain dans sa ville natale de Scranton, dans l’Etat de Pennsylvanie (nord-est), crucial pour l’élection de novembre.

« Persécution politique »

« Je devrais être en ce moment même en Pennsylvanie et en Floride, dans beaucoup d’autres États, en Caroline du Nord, en Géorgie, en train de faire campagne », a ajouté Donald Trump, avant de s’asseoir dans son…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi