fbpx

Cameroun Actuel

Grande distribution : la faillite du groupe Casino va t-elle impacter ses enseignes Camerounaises ?

Depuis trois semaines, le géant français de la grande distribution est entré en grandes négociations avec son concurrent Intermarché en vue de la cession et du rachat de 180 supermarchés. En cause : la crise que vit le groupe depuis des années et qui n’arrange pas ses affaires.

«Avec un chiffre d’affaires en baisse de 2,3% au dernier trimestre, le groupe ne parvient plus à faire face à ses dettes. Fin 2022, elles s’élevaient à 6,4 milliards d’euros. En période d’inflation, les clients sont nombreux à s’être détournés du groupe. Jeudi 26 mai, le distributeur a donc annoncé vouloir céder à Intermarché une partie de ses points de vente», rapporte la presse française à ce sujet.

Nombre d’analystes du secteur estiment que le groupe dirigé par Jean-Charles Naouri a commis une erreur stratégique : en plus d’un manque de positionnement dans un environnement hautement compétitif, Casino a voulu se développer en rachetant ses concurrents.

Mais sur le continent et notamment en Afrique centrale, le groupe qui va empocher plus d’un milliard d’euros dans cette opération est sans crainte. En fait, le groupe qui compte 28 grandes surfaces sur le continent, s’appuie sur des partenaires locaux. Grâce aux franchises telles que Prosuma en Côte d’Ivoire, Mercure International au Congo, au Sénégal, au Gabon et au Cameroun, ou encorele groupe Mabrouk en Tunisie, Casino gardera la main sur ces points de vente notamment e Afrique centrale.

Preuve de la bonne tenue de ces points de vente par les partenaires du groupe, l’enseigne congolaise s’est associée au groupe Casino en 2007 et génère un chiffre d’affaires avoisinant les 200 millions d’euros dans la distribution alimentaire, soit plus de 130 milliards de Fcfa par an. Du coup, malgré la crise que vit le groupe en France, Geant Casino, Mbolo, Geant Casino Score au Gabon, ou encore les enseignes Casino de Yaoundé et Douala, sous franchise avec le groupe Mercure International, ne risquent pas de tomber sous pavillon Intermarché.

Au Cameroun, au sein du groupe Mercure International, l’on retrouve la société Sodicam SA, autrefois gestionnaire de la marque Score ; et depuis août 2008, celle de Casino. Selon Jules César Nana, responsable des achats de Sodicam, la mutation intervenue en 2018 n’était rien d’autre qu’un «simple changement de marque.

En d’autres termes, Sodicam SA qui utilisait le label Score, reste une entité camerounaise et a décidé d’exploiter à présent une autre marque qui est Casino. Nous sommes en face d’une exploitation en franchise d’une marque. C’est-à-dire un accord qui permet à un tiersd’exploiter une marque précise».

La franchise compte en plus des supermarchés du centre-ville de Yaoundé, du quartier Bastos dans la ville éponyme, deux autres à Bonapriso et Bassa à Douala. L’enseigne a également intégré le secteur du low-cost avec la marque BAO Compact qui compte mailler la ville avec des produits du quotidien et un assortiment limité à 1 500 à 2 000 références. On retrouve ces enseignes destinés aux ménages à bas prix dans la capitale économique dans les quartiers populaires de Deïdo, Logbessou et Pk9 de Douala. Le quatrième a ouvert ses portes à Bonamoussadi.

Le groupe qui devait investir 12 milliards de francs CFA sur la période pour implanter dix grandes surfaces a revu sa copie en se concentrant sur ce segment pour attirer davantage de bourses faibles dans ses rayons.

Pour mémoire, Casino est le troisième opérateur dans le segment de la grande distribution en France derrière Carrefour et Auchan. Le groupe Casino dont Jean-Charles Naouri est le Président-directeur général (Pdg) compte parmi ses administrateurs un certain Henri Giscard d’Estaing, fils de l’ex-président de la République française Valéry Giscard d’Estaing. Fondée en France en 1858, ce supermarché s’appelait d’abord « le Casino lyrique de Saint-Etienne ».

Le commerçant Geoffroy Guichard le rachète en 1892 auprès de Bréchard. Six ans plus tard, il devient Casino. Mais Casino est une entreprise qui tire quelques dividendes non négligeables de son implantation sur quatre continents : Afrique, Asie et Europe et principalement en Amérique Latine.

Et dans son portefeuille, il y a des marques aussi célèbres tels que : Leader Price, Prisunic, Monoprix, Score, Cash and Carry, Jumbo, Géant,… qui figurent sur les enseignes de ses établissements. Etant donné que le label Score faisait déjà partie du patrimoine que Jean-Charles Naouri gère (dans les pays de l’Océan indien).

Face à la crise qui secoue le groupe en France, comme le confirment des sources proches du dossier, les difficultés actuelles de Rallye, maison mère de Casino, n’affectent pas les 28 supermarchés exploités sous cette marque en Afrique. Le groupe a été placé sous la protection du tribunal de commerce de Paris afin de suspendre le remboursement de sa dette, le temps de trouver un arrangement avec ses créanciers. Celles-ci vont encore durer quatre mois environ.

Eco Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi