fbpx

Cameroun Actuel

Gaza: Macron réitère sa demande d’un « cessez-le-feu durable »

L’armée israélienne a poursuivi mercredi ses bombardements contre le Hamas dans la bande de Gaza assiégée, malgré les pertes civiles qui s’alourdissent de jour en jour et les cris d’alarme face au désastre humanitaire qui frappe le territoire palestinien.

La population de Gaza est en « grand danger », a affirmé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soulignant que « la faim et le désespoir » s’aggravaient dans le territoire ravagé par la guerre.

Plus de deux mois et demi après le début de la guerre, déclenchée par l’attaque sanglante lancée le 7 octobre par le mouvement islamiste palestinien contre Israël, le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mercredi que 21’110 personnes, dont une majorité de civils, avaient été tuées à Gaza par les opérations militaires israéliennes.

En Israël, l’attaque a fait environ 1140 morts, la plupart des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir des derniers chiffres officiels israéliens. Environ 250 personnes ont été enlevées par le Hamas, dont 129 restent détenues à Gaza, selon Israël.

La famine menace

Sur le terrain, les combats ne connaissent aucun répit. Des témoins ont fait état de frappes israéliennes et de combats au sol à Khan Younès, la grande ville du sud de Gaza considérée par Israël comme un important bastion du Hamas, mais aussi de bombardements intenses sur les camps de réfugiés d’al-Maghazi et d’al-Boureij, dans le centre.

Israël a juré de détruire le Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza, en représailles à l’attaque du 7 octobre, et pilonne le petit territoire où son armée a lancé le 27 octobre une offensive terrestre. Selon l’armée, 164 soldats sont morts au combat à Gaza.

La guerre a provoqué d’immenses destructions et un désastre humanitaire dans la bande de Gaza, placée par Israël en état de siège total depuis le 9 octobre, où la famine menace et où la plupart des hôpitaux sont hors service. Environ 1,9 million d’habitants, soit 85% de la population, ont fui leur foyer, selon l’ONU.

Malgré l’adoption, le 22 décembre, par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution exigeant l’acheminement « à grande échelle » d’aide humanitaire, la quantité d’aide entrant dans le territoire, contrôlée par Israël, n’a pas augmenté de manière significative.

Pire que la « Nakba »

« Notre peuple n’a pas connu une telle guerre, même lors de la ‘Nakba’ de 1948 », a déclaré…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi