fbpx

Cameroun Actuel

Gaza: l’ONU fait état d’un « grand nombre » de blessés par balles

Le président ultraliberal argentin Javier Milei s’est dit vendredi, dans son premier discours sur l’Etat de la nation, déterminé à pousser plus avant ses réformes « avec ou sans soutiens » politiques. Il a averti le Parlement, jusqu’ici rétif, être prêt « au conflit ».

Dans le même temps, il a appelé les Argentins à faire preuve de « patience et confiance », face à ses mesures de dérégulation et d’austérité budgétaire.

« ll faut encore du temps avant que nous puissions récolter les fruits de l’assainissement économique et des réformes (…) mais pour la première fois de l’histoire, nous attaquons le problème par sa cause. Pour cela je vous demande patience et confiance », a-t-il déclaré.

« L’effort va valoir la peine » leur a assuré M. Milei, dont le gouvernement a opéré en moins de trois mois une dévaluation de plus de 50%, une libéralisation des prix, une large déréglementation et des coupes budgétaires drastiques.

Offensif, il a mis en garde les parlementaires qui, en février, lui ont infligé son premier revers en retoquant son ambitieux train de réformes dérégulatrices (660 dispositions). « Nous allons changer le pays pour de bon (…) avec ou sans le soutien des dirigeants politiques, avec toutes les ressources légales de l’exécutif ».

« Nid à rats »

Il a rappelé aux députés, que ces dernières semaines il traitait de « nid à rats », « corrompus », « symboles de la caste » politique, que par décret, modifications règlementaires, ou projets de lois, il dispose d’outils de « lutte contre le déficit budgétaire, qui est pour nous la mère des batailles ». « Si vous cherchez le conflit, vous aurez du conflit », a-t-il menacé.

Pour autant le chef de l’Etat a tendu une main à la classe politique, aux influents gouverneurs des provinces, dirigeants de partis, ex-présidents, pour forger un « nouveau contrat social », sur la base de dix principes éminemment libéraux: équilibre budgétaire « non négociable », propriété privée « inviolable », dépense publique réduite au niveau « historique » de 25% du PIB, notamment.

« La viande sur le grill »

Un « Pacte de Mai », comme il l’a baptisé, qui serait signé à Cordoba (nord) symboliquement le 25 mai, jour de l’anniversaire de la révolution (1810) qui mena à l’indépendance (1816).

M. Milei, transgressif comme il aime à se présenter, avait programmé son discours à une heure de grande écoute, 21h00, pour que « le plus grand nombre possible…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi