fbpx

Cameroun Actuel

Fort tremblement de terre à Hawaï (service sismologique américain)

Le Premier ministre israélien Netanyahu a ordonné vendredi à son armée de préparer un « plan d’évacuation » des civils de Rafah. Les Etats-Unis et l’ONU s’alarmant d’une éventuelle offensive contre ce dernier refuge des déplacés de la guerre dans la bande de Gaza.

Dans une rare critique à l’égard d’Israël depuis le début il y a quatre mois de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, le président américain Joe Biden a jugé « excessive » la « riposte dans la bande de Gaza ».

La guerre a été déclenchée par une attaque d’une violence sans précédent menée le 7 octobre par des commandos du Hamas infiltrés de la bande de Gaza dans le sud d’Israël. En représailles, Israël a juré de « détruire » le Hamas et lancé une vaste offensive qui a fait près de 28’000 morts à Gaza, en grande majorité des civils.

Ces dernières 24 heures, au moins 107 Palestiniens ont été tués dans les bombardements aériens israéliens sur le territoire assiégé, notamment à Rafah et Khan Younès. A Rafah, plusieurs bâtiments ont été détruits, selon des photographes de l’AFP. Dans un quartier, des personnes sont vues porter les corps de trois enfants tués dans un bombardement.

Civils à évacuer

Après avoir ordonné mercredi à son armée de préparer une offensive sur Rafah, Benjamin Netanyahu lui a demandé vendredi de lui soumettre un « plan combiné » d' »évacuation » des civils de Rafah et de « destruction » du Hamas dans cette ville, selon ses services.

« Il est impossible d’atteindre l’objectif de la guerre sans éliminer le Hamas et en laissant quatre bataillons du Hamas à Rafah », et cela requiert également que « les civils évacuent les zones de combat », a-t-il dit.

Adossée à la frontière, fermée, avec l’Egypte, Rafah abrite 1,3 million de Palestiniens dont la grande majorité ont été déplacés par la guerre et vivent dans des conditions désastreuses. Jeudi, au terme de sa tournée régionale visant à encourager les efforts pour obtenir une trêve, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a exhorté Israël à « protéger » les civils dans ses opérations dans la bande de Gaza, y compris à Rafah.

« Désastre »

« Mener une telle opération maintenant (à Rafah) sans planification et sans réflexion dans une zone abritant un million de personnes serait un désastre », a averti le même jour le département d’Etat.

Le patron de l’ONU Antonio Guterres s’est « alarmé » d’une…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi