fbpx

Cameroun Actuel

ENTRETIEN. LGV Toulouse-Bordeaux, RER, trains quotidiens : Carole Delga veut « accélérer »

l’essentiel
Futur RER Toulouse, lancement des travaux de la LGV Toulouse-Bordeaux, autocars à 2 euros, projet TGV vers Barcelone : Carole Delga, la Présidente (PS) de la Région évoque les enjeux des transports. Son entretien avec La Dépêche du Midi.

Où en est le projet du RER toulousain ?

La question de la mobilité territoriale est un axe fort de notre politique. C’est un problème urgent qui nécessite une mobilisation massive. Dans toute l’agglomération toulousaine, nous allons encore augmenter le nombre de trains. Mais nous devons nous coordonner. C’est pourquoi je vais organiser en octobre à Toulouse, à l’Hôtel de Région, un sommet de la mobilité urbaine auquel tous les acteurs seront conviés. Il y aura l’Etat puisque le Président a souhaité honorer les réseaux express métropolitains mais sans en donner les moyens. Il y aura la métropole avec Tisséo, et aussi le conseil départemental de la Haute-Garonne, dont je salue l’action volontaire du président Sébastien Vincini. Nous travaillons également avec l’association citoyenne « Rallumons l’étoile » même si tout ce qu’elle propose n’est pas réalisable. Les contraintes techniques doivent être prises en compte. Je suis un peu surpris qu’elle ne dise pas clairement qu’au nord toulousain il faut une deuxième voie qui s’appelle la LGV.

Vous plaidez aussi pour d’autres solutions que le train.

Toulouse est l’une des villes les plus embouteillées de France. Nous devons tous nous asseoir autour de la table. Le train n’est pas la seule solution. Par exemple, nous voulons augmenter le nombre de cars régionaux à 2 euros pour des trajets de 30 à 80 km autour de Toulouse. Mais ce que nous défendons, c’est qu’il y ait des voies réservées sur les autoroutes pour éviter que nos autocars ne se retrouvent dans les mêmes embouteillages que les voitures individuelles. Cette voie réservée serait également ouverte au covoiturage à condition qu’il y ait au moins trois personnes dans la voiture. Et puis la Région mène d’autres actions avec des aides à l’achat de vélos ou de voitures électriques et la création de pistes cyclables.

Sur le RER, quels sont les horaires et le coût estimé ?

C’est un projet sur quinze ans, en plusieurs étapes. La première branche sur laquelle on peut augmenter le nombre de trains est celle qui part de Toulouse vers le Gers. On peut ensuite le faire vers l’Ariège et l’Aude. Mais dans le Tarn-et-Garonne, je ne pourrai étoffer l’offre qu’en 2032 quand nous aurons la LGV. Quant au coût, nous sommes sur une estimation d’investissement de 2,5 milliards d’euros. Les Présidents de Région demandent également un important prêt à l’Europe pour un plan d’investissement mobilité incluant un soutien aux RER.

Où en sont les discussions avec la…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi