fbpx

Cameroun Actuel

Enseignements secondaires : Nalova Lyonga nomme deux morts dans les lycées

Nalova Egbe Lyonga, ministre des Enseignements secondaires du Cameroun

Des nominations posthumes ont été effectuées par la ministre des Enseignements secondaires, Nalova Lyonga, suscitant la controverse au sein de l’opinion publique camerounaise. Deux anciens fonctionnaires décédés, Mahop Francis et Bouba Prisca Brigitte Pierre, ont été promus à des postes de responsabilité dans des lycées du pays.

Ces nominations étonnantes soulèvent des questions sur les processus de nomination au sein du ministère. Bouba Prisca Brigitte Pierre, précédemment surveillant général du CES de Langui et décédé il y a quatre mois, a été nommé nouveau censeur du lycée de Langui. Quant à Mahop Francis, autrefois en service au lycée bilingue de N’tui et décédé en août 2023, il a été nommé surveillant général au lycée bilingue de Nguila.

Ces décisions, prises par arrêtés signés le 28 décembre dernier, rappellent des événements similaires survenus par le passé au Cameroun. Le président Paul Biya avait autrefois suscité la controverse en nommant des individus décédés à des postes de responsabilité dans différents secteurs, allant des forces de Défense aux postes diplomatiques.

En 2016, Paul Biya avait nommé une personne décédée depuis 2009 parmi les membres et chargés de mission du Rdpc. Cette pratique de nominations posthumes avait suscité des réactions mitigées au sein de l’opinion publique, soulignant des lacunes dans les processus administratifs et la nécessité d’une réforme dans la gestion des nominations officielles.

Ces récentes nominations dans le domaine de l’éducation ont ravivé les débats sur la transparence et l’éthique des nominations administratives au Cameroun. Elles soulèvent également des questions sur la vérification des listes et la responsabilité des autorités dans la validation des candidatures pour des postes de responsabilité.

Cette pratique, bien qu’elle puisse être considérée comme une anomalie administrative, met en lumière la nécessité de renforcer les mécanismes de contrôle et de transparence dans les processus de nomination officielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi