fbpx

Cameroun Actuel

Eneo en négociations avec la Société Générale Cameroun pour la restructuration d’une dette de 150 milliards FCFA

La société camerounaise d’électricité, Eneo, est actuellement engagée dans des pourparlers avancés avec la filiale camerounaise de la banque française Société Générale en vue de la restructuration d’une dette financière colossale de 150 milliards FCFA, selon des sources internes. Cette démarche vise à étaler les remboursements sur une période de deux ans, offrant ainsi un répit financier à l’entreprise confrontée à des tensions de trésorerie qui ont des répercussions sur l’approvisionnement en énergie électrique.

Concrètement, en prolongeant les échéances avec les banques, Eneo pourra réallouer ses ressources financières vers le paiement de ses fournisseurs tels que KPDC, DPDC, EDC, afin de respecter ses obligations en matière de service de la dette. Il est important de rappeler que fin 2023, les filiales de Globelec avaient interrompu l’approvisionnement d’Eneo en raison d’impayés dépassant les 107 milliards FCFA. Cette coupure avait entraîné des semaines de rationnement de l’électricité, provoquant d’importantes coupures pour les populations.

Un responsable d’Eneo explique : « Eneo a contracté un prêt à moyen terme de 100 milliards en début de 2021. Aujourd’hui, nous avons pratiquement remboursé la moitié de ce prêt, mais les échéances pèsent sur nous. Le reprofilage de la dette nous permettra de rembourser ce prêt sur une échéance plus lointaine. De plus, nous rembourserons immédiatement les crédits à court terme qui nous coûtent en intérêts. Le décalage dans le remboursement du principal et le soulagement des intérêts mensuels, combinés aux initiatives de recouvrement et au déploiement des compteurs prépayés, visent à permettre à Eneo de payer ses factures courantes et de ne plus accumuler de dette ».

Cependant, cette opération ne suffira pas à assainir complètement les finances d’Eneo en raison de la dette considérable que l’État et les entités publiques ont contractée. À la fin de l’année 2023, l’énergéticien réclamait environ 266 milliards FCFA à Yaoundé. Les retards de paiement de l’État sont souvent à l’origine des difficultés financières de la société vis-à-vis de ses fournisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi