fbpx

Cameroun Actuel

Ectrême-Nord : clap de fin sur fond de satisfaction pour le projet de paix et stabilisation de l’OIM

L’atelier de capitalisation des résultats du projet « Renforcement de la résilience communautaire et réduction de la violence au Cameroun par le Nexus Humanitaire Développement Paix » s’est achevé hier à Maroua.

« Contribuer à la durabilité des acquis du projet en créant les conditions de la prise en compte des leçons apprises dans les interventions des différents acteurs étatiques et non-étatiques ». Tel était l’objectif majeur de l’atelier de capitalisation des résultats atteints dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Renforcement de la résilience communautaire et réduction de la violence au Cameroun par le Nexus Humanitaire Développement Paix », ouvert le 27 septembre 2023 à Maroua dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Lancé il y a 18 mois

Ouvrant les travaux, Salaou Saïdou Ben Oumar – Chef de Division des affaires administratives et juridiques des Services du Gouverneur de la région de l’Extrême-Nord – a rappelé que « Le gouvernement ne ménage aucun effort allant dans le sens de l’instauration d’une société de Paix prête à œuvrer pour l’atteinte du progrès ». C’est en lien avec cet idéal de paix que le projet financé par le gouvernement du Japon et mis en œuvre par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a été lancé il y a 18 mois. Il visait selon Clarnette Sodon, Représentante du Chef de sous-bureau OIM à Maroua, à « Contribuer à la création d’un environnement de sécurité et de paix à travers la prise en charge des conséquences de la crise sécuritaire qui dure depuis 2013 et la prévention de nouveaux conflits ».

Aligné aux documents cadres que sont la Stratégie Nationale de Développement 2020 – 2030 (SND30), les Objectifs de Développement Durables (ODD) et le Pacte Mondial pour les Migrations Sûres, Ordonnées et Régulières (GCM), le projet qui ciblait les personnes déplacées internes victimes des crises ainsi que les communautés vulnérables des départements du Diamare, du Logone-et-Chari, du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga était articulé autour de trois (03) axes majeurs d’intervention. Il s’agit de la réponse des besoins des victimes des crises en matière de santé mentale et soutien psychosocial, d’alerte précoce et de réponse rapide aux conflits naissants, d’infrastructures d’eau, d’hygiène et d’assainissement.

Des résultats satisfaisants

Des résultats exposés, il ressort que le projet a effectivement contribué à l’instauration d’un climat de paix et de stabilité à travers la résolution de nombreux conflits au sein des communautés à travers les systèmes communautaires d’alerte précoce créés et équipés, le renforcement des capacités des acteurs humanitaires en santé mentale et soutien psychosocial, la construction des forages et des latrines pour ne citer que cela.

Si les autorités gouvernementales et administratives, chefs traditionnels, les partenaires au développement et les représentants des communautés bénéficiaires se sont accordés en salle sur les effets positifs des interventions reçus pour les bénéficiaires, les avis au sein des localités viennent encore conforter cette position. Pour Liman Gombo Seini, chef des déplacés internes du camp de Ouro-Djougole dans le département du Diamare, les 30 latrines familiales construites par l’OIM au sein de son camp a permis aux communautés de vivre dans un environnement plus sain. Même son de cloche au camp de Hardjaniré situé à quelques kilomètres, qui a reçu 60 latrines familiales.

Des besoins encore nombreux

Bien que de nombreuses avancées aient été notifiées, les communautés de Hardjaniré et Ouro-Djougole où des descentes ont été effectuées pour toucher du doigt les réalisations du projet, ont exprimé le souhait d’avoir des opportunités d’activités génératrices de revenus, ainsi que de meilleurs conditions de vie en termes d’habitations définitives car ils ne souhaitent plus rentrer dans leurs localités d’origine où ils ont tout perdu pendant les conflits.

 Par Koreta Eyebe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi