fbpx

Cameroun Actuel

Droits d’auteurs : la CRTV sommée de transférer 850 millions de FCFA aux artistes

Crtv-Sud

Dans une évolution bienvenue pour les artistes camerounais, le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, a chargé le directeur général de la Radiotélévision camerounaise (CRTV), Charles Ndongo, de transférer 850 millions de FCFA sur un compte désigné à la Banque commerciale du Cameroun (CBC).

Le communiqué du 26 février ne mentionne pas spécifiquement la raison de ce paiement, mais beaucoup pensent qu’il s’agit d’un lien avec les redevances impayées que la CRTV doit aux artistes. Les artistes camerounais ont exprimé leur frustration face à l’absence de paiement pour leurs œuvres utilisées par la chaîne publique. Cette évolution récente est considérée comme une avancée possible vers la résolution de ces problèmes.

Un montant de 850 millions de FCFA sera réparti entre les artistes dont les créations auront été valorisées par la CRTV. Cependant, les exigences spécifiques en matière de distribution et le nombre de destinataires restent inconnues.

Certaines théories suggèrent que cette décision constitue une étape calculée en vue des élections présidentielles de 2025, compte tenu de l’impact significatif que les artistes, en particulier ceux qui ont une forte audience, peuvent avoir sur l’opinion publique.

Depuis des années, les artistes dénoncent le manque d’attention du gouvernement. Certaines personnes ne percevraient que 20 000 FCFA de redevances annuelles, tandis que d’autres, notamment celles liées à la Sonacam, ne recevraient aucun paiement.

En 2018, un groupe d’artistes camerounais a organisé une manifestation à la CRTV pour exiger le paiement de leurs droits d’auteur. Les artistes, venus de différentes régions du pays, n’ont observé aucune différence malgré leur travail acharné.

Bien qu’il s’agisse d’un pas dans la bonne direction, il est important de noter que le communiqué ne parvient pas à aborder la question plus vaste de la réforme du système de droit d’auteur du Cameroun. Les défenseurs du monde de l’art et les professionnels du secteur font pression pour un processus plus transparent et rationalisé de collecte et de répartition des redevances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi