fbpx

Cameroun Actuel

Douala : les réfugiés centrafricains pris au piège d’un système corrompu

Les réfugiés arrivés à Douala, au Cameroun, en quête de protection, font face à d’énormes difficultés dans un système marqué par la corruption et les abus de toutes sortes.

L’alerte a été lancée par les médias locaux centrafricains, soulignant que les réfugiés venant de la République centrafricaine, du Tchad, et d’autres nationalités sont confrontés à des conditions de vie inhumaines à Douala.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui est censé être un refuge pour les plus vulnérables ayant fui leur pays pour sauver leur vie, est particulièrement mis en cause. Il est accusé de devenir « un instrument de manipulation entre les mains de la mafia locale. »

Le HCR est notamment critiqué pour bloquer les titres de voyage de ressortissants de certains pays en raison de « la bureaucratisation excessive et de la corruption prévalant dans l’attribution des documents de voyage. »

Les conditions de vie des réfugiés sont également déplorables, avec un manque de prise en charge sanitaire, d’accès à l’éducation pour les enfants, et parfois des logements inadéquats.

« Obtenir un simple passeport biométrique est un véritable parcours du combattant, avec des délais de traitement absurdes s’étendant parfois sur des années, au minimum 10 ans », déplore un réfugié.

En l’absence de documents, les réfugiés se retrouvent ainsi prisonniers d’une ville où l’espoir semble s’évaporer un peu plus chaque jour. La situation souligne la nécessité d’une intervention urgente pour remédier à ces problèmes et garantir des conditions de vie dignes aux réfugiés cherchant protection à Douala.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi