fbpx

Cameroun Actuel

Douala : elle se fait doter par deux prétendants

C’est l’histoire d’une jeune femme qui a reçu deux demandes de mariage en deux années successives, et qui n’en a rejeté aucune.

Corine M., 29 ans aujourd’hui, avait d’abord tapé dans l’œil de Gérard E., entrepreneur régulier en Guinée équatoriale pour raisons professionnelles. C’était en février 2021. En novembre de la même année, l’homme, alors âgé de 47 ans, lui propose de l’épouser. Ce qu’elle accepte. Pour le « toquer porte » et la dot, il faut aller à Penja (dans le Moungo) chez un oncle maternel, que Corine présente comme l’homme l’ayant élevé à la mort de ses parents. Tout se passera bien. En mars l’année dernière.

Corine rencontre Samuel Benjamin N., cadre dans une société brassicole. Quatre mois plus tard, il lui demande de l’épouser. Ce quelle accepte. Courant juillet 2022, ce nouveau prétendant, à qui la jeune femme a évidemment caché son statut de fiancée, est conduit au domicile des parents de sa belle, à Pk 12. lieudit « Pindo » (arrondissement de Douala III). Là encore, tout se passera bien.

Après cette seconde dot. il y a publication des bans. Un jour d’octobre 2022. Corine embrasse le brasseur devant un officier d’état civil à Bepanda, puis danse à ses bras en soirée dans une salle de fêtes à Bonamoussadi. Entre-temps, le contact avec Gérard E. est maintenu, via des échanges téléphoniques.

Le 28 juin dernier, l’entrepreneur est arrivé à Douala. Il a informé Corine qu’il venait finaliser les choses : ils vont se marier l’homme souhaite que ça se fasse le 29 juillet – ce qui tomberait un an, mois pour mois, après sa dot par Samuel Benjamin. La jeune femme demande à Gérard qu’ils se retrouvent à Penja, au motif qu’il manquait des choses pour la dot. L’homme accepte.

Précisons qu’à ce moment, Gérard croit que Corine a abandonné la chambre qu’elle louait à Douala pour replier à Penja. L’entrepreneur va encore passer quelques jours au pays, et on ignore quelles ont été leurs interactions pendant ce temps Mais alors qu’il est à Douala lundi dernier, il apprend tout. Par une source qu’il ne révélera pas.

De fait, Gérard reçoit même les photos et vidéos du mariage sur son téléphone. Il essaie de joindre Corine, mais cette dernière ne décroche plus, l’homme mobilise alors toutes les ressources nécessaires pour en savoir plus. Ses recherches aboutissent ce mercredi 5 juillet par la découverte du domicile conjugal de Corine à Makèpè (Douala V). C’est une belle-sœur de Corine qui ouvre quand il sonne.

Gérard Landry s’engouffre dans la concession, s’installe sur la véranda et déclare être venu se faire rembourser « entièrement ». La maîtresse de maison, de l’intérieur, l’a vu. Elle ne sort pas, mais prend son téléphone et appelle son mari. Samuel Benjamin s’entend dire qu’il y a un intrus chez lui.

L’homme quitte aussitôt son lieu de service et saisit la gendarmerie. II arrive à son domicile autour de 16h, accompagné d’éléments de la brigade de recherche de Bonanjo… La situation ne va se décanter que vers 23h. Les parents de Corine seront d’ailleurs appelés en urgence, et c’est ainsi que Gérard va les découvrir vivants.

A la question de savoir comment l’onde maternel de Penja avait pu accepter la dot sachant que sa nièce n’était pas orpheline. On apprendra que cette dernière lui avait dit que ses parents ne voulaient pas de Gérard Landry, alors qu’elle en était amoureuse. Les gendarmes ont conseillé à l’entrepreneur de porter plainte pour « escroquerie aggravée » contre Corine, son oncle et l’épouse de ce dernier.

CT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi