fbpx

Cameroun Actuel

Dissolution inévitable du G5 Sahel : un coup dur pour la lutte contre le djihadisme

La dissolution du G5 Sahel, une force conjointe mise en place en 2014 pour faire face aux menaces du djihadisme et aux défis sécuritaires dans la région, se confirme avec l’annonce du retrait du Tchad et de la Mauritanie. Ce revers survient après le départ récent du Niger et du Burkina Faso.

Cette décision constitue un sérieux revers dans la lutte contre le djihadisme et l’insécurité au Sahel.

Après le Mali et le Niger, c’est au tour de la Mauritanie et du Tchad d’annoncer leur retrait de cette force conjointe, respectant ainsi la décision souveraine du Burkina Faso et du Niger. Dans un communiqué datant du samedi 2 décembre 2023, ces deux pays ont confirmé leur respect envers la décision de retrait, sans toutefois aborder explicitement la question de la dissolution de l’organisation. Pourtant, le sort du G5 Sahel semblait déjà scellé avec le retrait du Mali en 2022.

Selon les déclarations de Ouagadougou et de Niamey, l’organisation éprouve des difficultés à atteindre ses objectifs, confrontée à des problèmes institutionnels et des obstacles qui la rendent difficile à opérer efficacement.

Les pays concernés rejettent catégoriquement toute ingérence étrangère qui irait à l’encontre des intérêts des peuples du Sahel. Ils refusent également de se soumettre à des pressions externes qui entraveraient leur souveraineté nationale.

Pour le Mali, dirigé par le Colonel Assimi Goïta, le départ du G5 Sahel en 2022 avait été justifié par le caractère « instrumentalisé » de l’organisation par des forces extérieures.

Cette dissolution imminente du G5 Sahel est un revers majeur pour la région, laissant un vide dans les efforts collectifs pour contrer la menace du terrorisme et de l’insécurité qui persistent au Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi