fbpx

Cameroun Actuel

Des groupes armés ravagent le Centre du Nigeria : plus de 160 morts et 300 blessés dans des attaques meurtrières

Des violences d’une extrême gravité ont secoué le Centre du Nigeria, marquant une vague d’attaques d’une brutalité sans précédent. Selon les rapports des médias locaux, des groupes armés, désignés comme des « bandits » par les autorités, ont semé la terreur en attaquant et incendiant plusieurs villages dans la région.

Les attaques, survenues entre samedi soir et lundi, ont laissé un lourd tribut humain, avec près de 160 personnes tuées et plus de 300 autres blessées, transportées d’urgence vers les hôpitaux du Centre du Nigeria. Les villages de l’État du Plateau, en particulier ceux de la région de Bokkos, ont été la cible de ces assauts meurtriers.

Monday Kassah, président du conseil du gouvernement de Bokkos, a rapporté que les hostilités se sont poursuivies pendant plusieurs jours, avec la découverte de plus de 113 corps, tandis que plus de 300 personnes ont été admises dans les hôpitaux locaux, débordés par l’afflux des blessés. Un premier bilan de la Croix-Rouge locale fait état de 104 morts dans 18 villages de la région de Bokkos seulement.

Les témoignages recueillis font état d’une série d’attaques ayant touché « pas moins de 20 villages », laissant derrière elles un paysage de maisons incendiées et de terreur généralisée. Ces actes barbares surviennent dans une région déjà fragilisée par des tensions récurrentes, mêlant des différends religieux et ethniques depuis plusieurs années.

Le drame s’étend au-delà de la circonscription de Bokkos. Dickson Chollom, élu de l’assemblée locale, a déploré qu’au moins 50 personnes aient également péri dans quatre villages de la circonscription voisine de Barkin Ladi, accentuant ainsi le bilan tragique de ces violences.

Face à ces événements d’une violence inouïe, l’ONG Amnesty International a exprimé sa consternation. Elle a pointé du doigt les autorités nigérianes, déplorant leur incapacité récurrente à mettre un terme à ces attaques répétées dans l’État du Plateau.

Cette escalade de violence laisse une population meurtrie et des communautés en état de choc, suscitant une nouvelle vague d’appels à l’action pour mettre un terme à ces atrocités et restaurer la paix dans cette région meurtrie du Nigeria.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi