fbpx

Cameroun Actuel

Denny Laine, cofondateur des Wings avec Paul McCartney, est mort

Le Musée Jenisch Vevey convoque de grands noms de maîtres italiens, anciens et modernes, pour deux nouvelles expositions. Des dessins et estampes de Raphaël, Piranèse, Canaletto, Guerchin, Piola, Tiepolo ou encore Zuccari sont à découvrir jusqu’au 14 et 28 avril 2024.

La première exposition invite à un voyage pictural à travers les grands centres artistiques de la Péninsule, de Venise à Rome, en passant par Bologne et Florence. Autant d’écoles à l’origine d’une production dessinée placée sous le signe de la diversité technique et matérielle. « Disegno disegni » présente plus de 100 feuilles issues d’une collection particulière déposée au Musée Jenisch.

« Elles sont mises en lumière dans un dialogue fécond avec les propres fonds de l’institution, révélant ainsi un patrimoine graphique exceptionnel », résument ses responsables. Sujets religieux comme profanes, pages d’études ou dessins autonomes, célèbrent la pluralité qui caractérise le médium et ses multiples fonctions, entre la fin du 15e siècle et les premières décennies du 19e siècle.

« Le dessin, que d’un autre nom nous appelons trait, est ce en quoi consiste et ce qui constitue la source et le corps de la peinture, de l’architecture et de tous les autres genres de l’art, et la racine de toutes les sciences », selon les mots de Michel-Ange, cité par le musée.

Fameuses « vedute »

A la Renaissance, le terme « disegno » recoupe une double signification: il traduit le « dessin », le fait de tracer une ligne sur le papier (ou sur un autre support) à l’aide d’un crayon ou d’une plume, ainsi que le projet de l’artiste, le « dessein », autrement dit l’intention guidant le geste du créateur.

La saison italienne se poursuit au Pavillon de l’estampe. En écho à « Disegno disegni », il propose une sélection de gravures produites en Italie entre les 16e et 18e siècles à partir des collections du Cabinet cantonal des estampes, installé au musée depuis 1989. « De Raphaël à Piranèse » met en exergue le rôle de la gravure dans la diffusion des modèles italiens, des multiples reproductions d’après Raphaël aux célèbres séries d’estampes de Piranèse.

Cette deuxième exposition révèle la variété des techniques et des sujets ayant intéressé les graveurs à travers le temps: par le burin, l’eau-forte ou la gravure sur bois, les artistes mettent à l’honneur autant des scènes historiques que des paysages plus anecdotiques comme les fameuses…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi