fbpx

Cameroun Actuel

Décès d’Artur Jorge, l’homme qui a guidé les Lions Indomptables vers la qualification à la CAN et à la Coupe du Monde 2006

Artur Jorge

L’ancien sélectionneur des Lions Indomptables du Cameroun, Artur Jorge Braga de Melo Teixeira, est décédé ce jeudi à l’âge de 78 ans à Lisbonne. Sa famille a annoncé sa mort dans un communiqué, précisant qu’il s’est éteint paisiblement après une longue maladie, entouré de ses proches.

Artur Jorge a marqué l’histoire du football camerounais en guidant l’équipe nationale pendant quatorze mois, de janvier 2003 à mars 2004. Sa mission principale était de qualifier le Cameroun à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2006 et à la Coupe du Monde 2006. À l’époque, les Lions Indomptables étaient en difficulté, à quatre points de la Côte d’Ivoire dans les qualifications pour la Coupe du Monde.

Sous sa direction, Artur Jorge a relevé le défi avec détermination. Il a su gérer une génération de joueurs talentueux tout en faisant face à des problèmes internes tels que des tensions liées à l’argent, des primes de match, et des conflits autour du brassard de capitaine. Malgré ces défis, il a laissé une empreinte indélébile dans l’esprit des supporters camerounais.

Abdouraman Hamadou, un ancien haut cadre de la Fécafoot, se souvient de moments marquants avec Artur Jorge. Il évoque notamment une déclaration du sélectionneur lors d’un stage préparatoire en région parisienne, où ce dernier avait exprimé sa confiance en la victoire du Cameroun contre la Côte d’Ivoire à Abidjan, mais redoutait le match final contre l’Égypte à Yaoundé, un pronostic qui s’est révélé juste.

Artur Jorge avait également salué le potentiel exceptionnel des joueurs camerounais, affirmant qu’il n’avait jamais vu un tel niveau de talent dans un pays. Il avait prédit que si un pays africain devait remporter une Coupe du Monde, ce serait le Cameroun.

La disparition d’Artur Jorge laisse un vide dans le monde du football, mais son héritage perdurera dans l’histoire des Lions Indomptables et du sport camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi