fbpx

Cameroun Actuel

Création de l’interprofession coton au Cameroun : un pas décisif pour l’essor de la filière

Les acteurs majeurs de la filière coton au Cameroun, réunis à Douala du 23 au 26 novembre 2023, ont clôturé un atelier crucial en finalisant la mise en place de l’interprofession coton. Présidée par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbaïrobe, cette réunion a scellé un processus amorcé depuis la promulgation d’une loi régissant les organisations interprofessionnelles en décembre 2021.

Trois groupes de travail ont été constitués pour la création de cette interprofession, rassemblant des acteurs directs (producteurs, transformateurs, commerçants) et indirects (transporteurs, institutions financières, assurances). Cette entité aura pour missions d’encourager la formation des producteurs, faciliter l’accès aux intrants et aux financements, promouvoir la mécanisation de la production, et favoriser l’accessibilité aux données météorologiques.

Ce nouvel organisme intervient à un moment critique où le Cameroun ne transforme qu’une infime partie des 400 000 tonnes de coton produites annuellement, exportant le reste. Or, la Stratégie nationale de développement du pays vise une transformation d’au moins 50% du coton fibre d’ici 2030. Lors de la campagne 2021-2022, la Sodecoton, géant de l’agro-industrie dans les régions septentrionales, a enregistré une production de 329 021 tonnes, en deçà des 370 000 tonnes initialement prévues.

Les producteurs évoquent plusieurs raisons derrière cette baisse de production, notamment les défis climatiques, la hausse des prix des intrants, et les exportations frauduleuses vers le Nigeria. En réponse, Gabriel Mbaïrobe a affirmé l’engagement de l’État à résoudre ces problèmes et à garantir la sécurité des acteurs de la filière.

Cette interprofession coton se profile comme un pivot pour l’amélioration et la valorisation de la production nationale de coton, répondant ainsi à des défis importants pour atteindre les objectifs ambitieux de transformation du secteur d’ici 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi