fbpx

Cameroun Actuel

Coton Sport limoge son directeur sportif accusé de chantage sexuel sur un jeune joueur

En septembre 2023, un jeune joueur de Coton Sport va déposer une plainte à la gendarmerie de Garoua pour chantage sexuel. Issa Mohammadou en a marre des avance incessantes de son patron, le Directeur Sportif du club maintes fois champion du Cameroun.

Monsieur Ousmane Bouba, puisqu’il s’agit de lui, l’a agressé à de multiples reprises et menacé s’il refusait ses avances ou le signalait à qui que ce soit. Le jeune homme et ses proches ont donc déposé plainte pour chantage, harcèlement sexuel et intimidation.

Si dans un premier temps, le club espérait faire taire l’affaire, il s’est soudainement reveillé après le dépôt de la plainte à cause de l’envergure que cela prenait. Entre les lignes, il ne croyait pas au bien-fondé des accusations puisque son premier communiqué indiquait l’ouverture d’une enquête «à l’effet de confirmer la véracité des faits et d’établir, le cas échéant, les responsabilités éventuelles ».

Issa Mohamadou ne serait pas la seule victime des dirigeants de Coton Sport. Il est cependant le seul jusqu’ici à avoir eu le courage de dénoncer ces harcèlements. Cela lui vaut, à lui et à sa famille, déjà des intimidations multi-formes.

Le football camerounais est gangrené par des dirigeants avides « du sang frais de jeunes joueurs ». Jusqu’ici, la Fédération Camerounaise de Football reste muette. Et c’est d’ailleurs ce que dénonce bons nombres d’organisations dont le Synafoc.

Le Syndicat des joueurs, seul garant auprès de la FIFA, se satisfait de la décision de Coton Sport. Mais il rappelle aussi un autre cas médiatisé dont la fédération ne s’est pas occupée :

Quelques mois avant, des faits similaires avaient défrayé la chronique dans un centre de formation situé du côté de Bafoussam à l’ouest du pays.

Et rappelle aussi ses engagements envers la communauté :

Bien que respectueux des principes d’indépendance de la justice et de présomption d’innocence, nous restons convaincus que de tels actes relèvent d’abord de l’Éthique sportive qui s’impose à tous les acteurs du football qui qu’ils soient. Le SYNDICAT appelle par conséquent les instances juridictionnelles de la Fédération Camerounaise de Football à se pencher très sérieusement sur ces deux cas qui jettent le discrédit sur notre football. Il leur demande de mener des enquêtes rigoureuses et indépendantes pour que la lumière soit faite.

Le SYNAFOC saisit l’occasion de ces affaires scabreuses pour condamner avec la dernière énergie tous les actes et pratiques avilissants auxquels footballeuses et footballeurs pourraient être soumis contre leur gré.

Il invite enfin les footballeuses et footballeurs victimes de tels abus à les dénoncer sans peur et en informer immédiatement le SYNAFOC pour leur accompagnement et assistance

Synafoc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi