fbpx

Cameroun Actuel

Conseil économique et social : l’épicentre de la gabegie

C’est un scandale dont se serait bien passé le commun des Camerounais. Surtout en ces temps marqués par une récession économique sans précédent depuis la crise à coronavirus survenue en 2019. Un courrier qui a fuité sur les réseaux sociaux précise en effet que Luc Ayang, le président du Conseil économique et social, une structure moribonde et budgétivore, veut s’offrir une voiture de service à 120 millions de Fcfa.

C’est un courrier du ministre de l’Economie au secrétaire général de la Présidence de la République qui donne cette information. Ladite correspondance intime pratiquement l’ordre au Sgpr de prendre les hautes instructions de Paul Biya,pour l’achat dudit véhicule. Comme si cela n’était pas suffisant, le président du Conseil économique et social,une structure qui avale chaque année un budget de 3 milliards Fcfa, entend lancer la construction d’une nouvelle villa.

Luc Ayang, homme de 76 ans en poste depuis le 4 février 1984 soit plus 39 ans,a signé le 26 juin 2023,un avis d’appel d’offres national pour les travaux de construction de la phase 2 (Villa principale) de sa résidence officielle. Le problème dans ce projet, c’est le coût des travaux de cette résidence au quartier Bastos à Yaoundé,d’un montant de 2 milliards Fcfa. Un montant qui soulève débat depuis que cet avis d’appel d’offres a été rendu public.

Le Conseil économique et social confirme ainsi sa triste renommée de structure budgétivore. Un gouffre à sous dont les pouvoirs publics se seraient bien passés en ces temps de morosité économique. Depuis des années, Luc Ayang considère son budget comme un cadeau du chef de l’Etat Paul Biya. La structure est gérée de manière cavalière.

Créé par la Constitution (Article 54), le Conseil économique et social est régi par la loi N ° 86/009 du 5 juillet 1986. Il est saisi par le Président de la République des demandes d’études ou d’avis. Cette saisine est obligatoire pour avis des projets de loi de programme,ou de plan à caractère économique. Le Conseil économique et social se compose de 150 membres nommés par décret présidentiel.

Depuis 1986, avec l’abandon des plans quinquennaux et la mise en oeuvre des plans d’ajustement structurel, le Conseil économique et social n’a plus été saisi. Il s’agit donc d’une structure dont l’apport est quasiment nul sur le plan économique. Rien n’explique qu’elle bénéficie de tant d’attention dans le budget de l’Etat

« Avec les conditions de vie économiques et sociales particulièrement difficiles pour la grande majorité des Camerounais, et pendant que la précarité s’accroît et asphyxie les ménages, l’inamovible président Ayang Luc se la coule douce. Il se moque des citoyens camerounais« , note un internaute sur son compte tweeter.

« Au moment où le président de la République, Paul Biya, encourage ses compatriotes à serrer la ceinture pour faire face à la cherté de la vie qui affecte au fil des années les ménages depuis, certains hommes d’Etat continuent leur train de vie extravagant« , s’indigne un autre influenceur. Un bâtiment R+l pour budget prévisionnel de 2 milliards de Fcfa.

« La Fondation camerounaise des consommateurs s’insurge contre ces dépenses somptuaires qui sont rapidement effectuées alors que plusieurs réalisations vitales pour la satisfaction des besoins primaires des populations restent attendues« , s’insurge son président Alphonse Ayissi Abena.

L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi