fbpx

Cameroun Actuel

ChatGPT testé sur le bac de philosophieen France : mention passable

Le logiciel ChatGPT, entraîné pour produire une dissertation en philosophie, a produit une copie passable sur un sujet du baccalauréat, a montré une expérience tentée mercredi à Paris.

« Le bonheur est-il affaire de raison? » était le sujet sur lequel cette technologie de rédaction par intelligence artificielle a planché. Elle affrontait le philosophe Raphaël Enthoven dans un « match » organisé par une école de commerce et technologies.

ChatGPT a obtenu 11/20, et Raphaël Enthoven 20/20.

Ces notes étaient attribuées conjointement par une agrégée de philosophie et autrice, Éliette Abécassis, et un professeur de lycée connu sous l’alias Serial Thinker sur TikTok.

S’ils ont évalué les deux copies en aveugle, « on peut deviner qui a écrit quoi, même dès les premiers mots », a estimé Mme Abécassis.

« Dans la copie de ChatGPT il n’y a même pas de problématique (…) C’est souvent des très longues phrases assez creuses finalement, où il n’y a pas de contenu, où on ne comprend pas les arguments (…) Il y a des citations pour essayer de briller », selon Lev Fraenckel alias « Serial Thinker ». « Ce n’est pas du tout ça la philosophie, ce n’est pas enchaîner de belles phrases », a-t-il ajouté. De plus, « dans la référence aux auteurs, c’est très faible, parce qu’il y a des erreurs ».

L’école organisatrice, la Paris School of Technology & Business, avait affiné une très longue question pour réclamer au logiciel les formes classiques de la dissertation. Il lui était en outre suggéré des auteurs auxquels se référer.

ChatGPT a retenu Aristote, Kant, Freud, Nietzsche et Camus, par des références vagues et brèves. Il a eu quelques audaces stylistiques, mais, entraîné à ne pas avoir d’opinions, ne s’est pas du tout engagé dans la problématique. Sa conclusion dit: « Il n’y a pas de réponse universelle, mais une myriade de voies vers le bonheur (…) Le bonheur pourrait bien être une affaire de raison… et bien plus encore ».

Raphaël Enthoven a estimé que les philosophes étaient parmi les professionnels les moins susceptibles d’être remplacés par l’intelligence artificielle.

« L’enseignement de la philosophie n’est pas menacé (…) Je fais le pari qu’on aurait pu lui [à ChatGPT] adresser un livre entier de recommandations, sans en faire un philosophe », a-t-il estimé.

La copie de l’humain, rédigée en une heure et demie, conclut à « l’urgence et l’intérêt de penser la raison elle-même et son activité comme un bonheur ».

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi