fbpx

Cameroun Actuel

Changements à la tête de la Sonara : Harouna Bako nommé Directeur Général pour relever de nouveaux défis

Harouna Bako, DG de Cotco

Le 9 février 2024, à l’issue d’un Conseil d’administration extraordinaire de la Société nationale de raffinage (Sonara), Harouna Bako a été nommé Directeur Général de l’unique raffinerie de pétrole du Cameroun. Cette nomination intervient à peine quelques mois après sa prise de fonction en juillet 2023 en tant que directeur général de la Cameroon Oil Transportation Company (Cotco), au cours d’une période délicate marquée par la bataille pour le contrôle du pipeline Tchad-Cameroun.

Harouna Bako succède à Jean Paul Simo Njonou, qui dirigeait la Sonara depuis le 14 janvier 2019. La transition s’effectue dans un contexte complexe, avec la Sonara cherchant à se remettre d’un incendie majeur en 2019 et à faire face à des défis financiers considérables.

Jean Paul Simo Njonou a dirigé la Sonara pendant plus de trois ans, pilotant l’entreprise à travers des périodes difficiles, notamment l’incendie de 2019 et les défis liés à la dette. La Sonara, lourdement endettée, a réussi à restructurer une partie de sa dette, mais demeure confrontée à des enjeux économiques significatifs.

L’entreprise, après avoir perdu son monopole sur les importations de produits pétroliers finis en décembre 2023, se tourne vers une nouvelle ère où les marketers reprennent le contrôle des contrats d’importation. Cette évolution suscite des interrogations, notamment du Fonds monétaire international (FMI), qui émet des réserves sur le soutien continu de l’État à une entreprise pratiquement inactive.

Dans ce contexte, Harouna Bako hérite d’une entreprise en mutation, confrontée à la nécessité de repenser ses activités et de trouver des solutions durables. Le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, a souligné la nécessité d’accélérer le processus de restructuration de la Sonara. Le nouveau DG est appelé à recruter un partenaire financier et technique pour reconstruire et augmenter les capacités de production de l’entreprise, y compris l’installation d’un hydrocraqueur, un équipement essentiel pour le raffinage du pétrole lourd.

En plus des défis économiques, Harouna Bako pourrait également être confronté à la mise en œuvre d’un plan social au sein de l’entreprise, une mesure envisagée en réponse aux préoccupations du FMI et à la nécessité d’optimiser les ressources.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi