fbpx

Cameroun Actuel

« C’est bien le Leader du SDF Ni John Fru NDI qui a amené la démocratie au Cameroun contrairement aux revendications du régime »

Un hommage du politologue Siméon Roland Ekodo Mveng au leader du SDF Ni John Fru NDI décédé le 13 juin 2023 des suites d’une longue maladie.

« C’est bien le Leader du SDF Ni John Fru NDI qui a amené la démocratie au Cameroun contrairement aux revendications du régime

Il a usé en effet de son charisme populaire pour impulser le pluralisme partisan et médiatique dans un champ politique compressé, brimé et comprimé par les réflexes autoritaires d’un parti unique stratégiquement recyclé en RDPC pour mieux s’adapter par instinct de survie et de ruse à une inévitable écologie de la concurrence amenée par le vent d’Est et le discours de la Baule.

Même si la tripartite résultante de son combat peut être considérée comme une victoire à demie teinte; en lieu et place d’une conférence nationale souveraine,beaucoup plus prometteuse en termes d’ouverture; et que le pouvoir avait déclaré sans objet,il faut dire que ce forum parvenu à la suite des villes mortes et bras de fer contre le pouvoir en place fût une autre victoire symbolique de l’opposition et de la société civile.

Nous voulons dire après la minorité parlementaire du régime et surtout après l’élection contestée de 92 qui vraisemblablement n’a pu être reconnue au Chairman du Social Démocratic Front, simplement du fait que la bureaucratie affairiste, militaire et les baronies ethnopolitiques proches du candidat sortant Biya et surtout l’Élysée ne voulaient pas d’un anglophone à la tête de l’État du Cameroun selon des indiscrétions.

À côté de ce leader politique héroïque,de cet homme d’espoir adulé par la base et redouté au sommet,puisque porteur de slogans critiques,mobilisateurs, et socialistes forts évocateurs tels que  » Suffer Don’t finish » « ,Power to the People, »Father Thop thi forget pikins », on a eu un Ni John Fru NDI quasiment clientéliste enclin aux petits arrangements partisans avec un régime qui l’avait neutralisé et contraint à une coalition incestueuse pour faire barrage à toute opposition radicale non institutionnelle qui viendrait contester les positions hégémoniques du renouveau et de l’opposant historique.

Là où on a pas bien cerné la position du Leader John Fru NDI c’est bien sa démarche nuancée et précautionneuse sur la crise anglophone. C’est son faible investissement dans l’effort de paix au Nord-Ouest et au Sud-Ouest. Un peu comme les toute l’élite anglophone d’ailleurs.

Le Président du SDF était en réalité coincé et après des menaces répétées et son kidnapping par les sécessionnistes entre deux feux. Entre, d’une part,sa raison fédéraliste non séparatiste,les rentes et les entrées de sa formation au parlement et à la présidence qui l’a souvent soutenu politiquement durant des scrutins législatifs où son parti était malmené et financièrement quand il avait des soucis.Et d’autre part, son cœur saignant de douleur quand il voyait certainement ses frères mourir au NOSO.

Ce qu’il faut retenir du Chairman Ni John Fru NDI, et même s’il laisse un parti au bord de l’agonie et un pays qu’il a tant aimé au fond du gouffre et de l’implosion, c’est son patriotisme irréversible.

C’est son esprit de conciliation et de pardon. N’eût été cette perspective institutionnelle et morale du fermier d’Antarikon, il aurait certainement profité de son charisme aux années 1992 ou des nouvelles brèches d’une sécession armée dans sa localité pour se transformer en chef de guerre et accéder au pouvoir de façon machiavélique et cynique comme il est coutume en Afrique.

Ma compassion émue à sa famille biologique, politique et au peuple camerounais tout entier.

Ma révérence fraternelle à son ouvrage sur terre, à ses luttes et à ses idéaux républicains.

Que son âme repose en paix. Que l’Éternel lui pardonne ses fautes et l’accueille en sa demeure céleste ».

Siméon Roland Ekodo Mveng

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi