fbpx

Cameroun Actuel

Céline Dion se confie sur sa maladie dans un rare entretien

Le chanteur à succès français Kendji Girac a été blessé par balle au thorax lundi matin dans les Landes dans des circonstances encore floues. L’arme du tir a été retrouvée et « fait l’objet d’analyses », a indiqué en soirée le parquet de Mont-de-Marsan.

L’interprète de « Color Gitano » et « Andalouse », qui a lui-même évoqué un « tir accidentel » selon le parquet, était toujours hospitalisé lundi soir au centre hospitalier Haut-Lévêque à Pessac, au sud-ouest de Bordeaux, où il a été transporté au petit matin « dans un état grave, bien que conscient ».

Du fait de la confusion des premiers témoignages recueillis, « tant sur les circonstances des faits que sur le lieu exact où ils s’étaient produits » et de la disparition de l’arme, qui a été depuis retrouvée « sur indication de membres de sa famille », le parquet de Mont-de-Marsan, a ouvert une enquête « sous la qualification de tentative d’homicide volontaire ».

A l’arrivée des secours sur l’aire de grand passage à Biscarrosse, le chanteur de 27 ans présentait « une plaie par balle au niveau du thorax » et « ressortant au niveau du dos », écrit le procureur Olivier Janson, dans un communiqué.

« Tir accidentel »

Son état de santé ne lui permettant pas d’être auditionné, il a « brièvement » indiqué aux enquêteurs venus à son chevet « qu’il s’agissait d’un tir qu’il qualifiait d’accidentel, qu’il aurait lui-même provoqué en manipulant un pistolet automatique de calibre 11, acheté peu auparavant », selon le magistrat.

Il n’a cependant pas expliqué « ni les circonstances de cet achat ni les raisons qui l’auraient conduit à manipuler cette arme au milieu de la nuit », ajoute-t-il. Selon une source proche du dossier, Kendji Girac aurait indiqué aux secours avoir acheté l’arme dans une brocante.

Les enquêteurs ont recueilli le « témoignage de sa compagne », fait également savoir M. Janson, précisant que l’audition du chanteur « sera effectuée dès que son état de santé le permettra ».

Lundi matin, des gendarmes ont sécurisé l’entrée de l’aire d’accueil de Biscarrosse, sur le littoral atlantique, avant de quitter les lieux en début d’après-midi, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Ce n’est pas un règlement de comptes, c’est un accident. Il a joué avec le truc et bam », affirme à l’AFP Emilio, un sexagénaire qui se présente comme son oncle.

« On jouait de la guitare, tranquilles. Un accident ça arrive n’importe quand, à n’importe quelle…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi