fbpx

Cameroun Actuel

Casino: le tribunal de commerce se prononcera le 26 février

Le tribunal de commerce de Paris rendra son jugement le 26 février à 15h00 sur le plan de sauvetage du distributeur en difficultés Casino, qui fait l’objet d’avis défavorables des représentants des salariés et du ministère public.

Il y avait un peu moins de monde lundi au tribunal de commerce, une semaine après une première audience ajournée à la demande du Comité social économique central (CSEC) pour tenter de remédier autant que possible à l’absence d’un « volet social » dans le plan de sauvegarde.

Jean-Charles Naouri, PDG pour encore quelques semaines, n’était pas plus présent que la semaine précédente. Le directeur financier du groupe qui employait encore 50’000 salariés en France fin 2022, David Lubek, le patron de l’enseigne phare du groupe Monoprix Guillaume Seneclauze, n’étaient pas présents cette fois, contrairement à la directrice des enseignes Casino, Magali Daubinet-Salen.

Philippe Palazzi, appelé à devenir directeur général du groupe si le plan de sauvegarde est entériné et si le groupe passe sous le contrôle des milliardaires Daniel Kretinsky et Marc Ladreit de Lacharrière, adossés au fonds d’investissement Attestor, ainsi que Saam Golshani, avocat accompagnant Daniel Kretinksy dans cette reprise, étaient présents pour défendre le point de vue des repreneurs.

Cession majeure

Si la direction actuelle ainsi que les administrateurs et mandataires judiciaires ont donné un avis favorable, les avocats du CSEC ont regretté une nouvelle fois l’insuffisance du volet social et émis un avis défavorable.

« Les salariés ne savent toujours pas combien de postes vont être supprimés, quelles vont être les mesures de reclassement, quelle sera l’indemnisation », a plaidé l’un des avocats du CSEC, Olivier Debeine, lors de l’audience.

Les avocats du CSEC avaient estimé une semaine plus tôt qu’un volet social était obligatoire dès lors que des réductions d’emplois sont envisagées. Or, entre le moment où ce plan de sauvegarde a été négocié et aujourd’hui, le groupe a « topé » avec ses concurrents Auchan, Intermarché et Carrefour pour leur céder 288 magasins de grande taille, supermarchés et hypermarchés.

Une opération de grande ampleur qui occasionnera le transfert de quelque 12’800 salariés et qui sera lourde de conséquences pour les fonctions support au sein de ce qui restera du groupe.

Au total, les syndicats estiment que 6000 emplois sont à risques.

En outre les…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi