fbpx

Cameroun Actuel

Cameroun : une entreprise publique chargée des infrastructures ferroviaires en gestation

Dans un projet de loi régissant l’activité ferroviaire au Cameroun, déposé sur la table des parlementaires le 13 juin 2023, le gouvernement envisage la création d’une entreprise de patrimoine dédiée à la gestion et au développement des infrastructures ferroviaires dans le pays.

« La société de patrimoine est ainsi responsable des infrastructures et de la régulation de l’accès des exploitants du domaine ferroviaire », lit-on dans le projet soumis à l’examen des parlementaires.

Selon l’exposé des motifs du texte, la loi en gestation, qui viendra remplacer celle de 1974, « amorce une dynamique de modernisation du secteur, à travers la reconfiguration du paysage institutionnel, la redéfinition du rôle de chaque acteur et la mise sur pied d’un système de contrôle, de régulation et de sanction ». En effet, le même texte prévoit la création d’une autorité de régulation du secteur ferroviaire au Cameroun.

De sources gouvernementales, la réforme en cours découle des recommandations de l’audit réalisé après l’accident ferroviaire d’Eseka d’octobre 2016, qui avait fait près de 80 morts. À travers le nouveau cadre normatif, apprend-on, le gouvernement entend apporter des solutions aux manquements et faiblesses actuellement observés dans le secteur ferroviaire au Cameroun.

Il s’agit notamment, énumère le projet de loi, de « la dégradation continue des infrastructures, la régression drastique du nombre de passagers qui est passé de 1,4 million en 2010 à 600 000 en 2021, la baisse du volume des marchandises transportées, estimé à 1,6 million en 2021 contre 1,9 million en 2010, la fermeture des itinéraires Mbanga-Kumba et Ngoumou-Mbalmayo, le déficit des investissements et la dégradation de la qualité de service, la faiblesse des instruments de contrôle et de sanction de l’État dans ce secteur qui perd chaque jour en compétitivité ». […]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi