fbpx

Cameroun Actuel

Cameroun : sans matricules, ni salaires les médecins racontent leur misère

Ces médecins disent travailler depuis plus de 3 ans dans des conditions difficiles à tenir.

L’alerte est tombée ce matin. Dans un message envoyé par l’un des plaignants, on peut lire : « Bonjour. Nous espérons que cet élément pourrait être jugé assez sensible afin de requérir une publication de vous. Merci d’avance. Nous souhaitons faire savoir au grand public la situation rocambolesque que nous vivons depuis plusieurs années déjà et dont nous en avons mare. Peut-être que ce canal pourrait aider à avoir une ébauche de solution », écrivent les médecins plaignants.

« Nous sommes une vingtaine de médecins diplômés des différentes facultés de médecine de notre pays. Nous avons été recrutés et affectés dans différentes régions. Nous sommes régulièrement au poste depuis plus de 3 ans et même 4 ans pour certains sans matricule ni salaire. Nous travaillons tous les jours malgré toutes les difficultés et les risques que nous encourons sans la moindre récompense. Nos dossiers d’intégration sont bloqués et sans suite depuis des mois » racontent-ils.

Dans cet état de chose il devient difficile pour ces médecins de nourrir leur famille. « Il est de plus en plus difficile de tenir le coup dans ces conditions. Les familles comptent sur nous mais nous constituons encore des charges pour elles », apprend-on.

Les médecins ne manquent pas d’envoyer un cri de cœur à l’endroit de ceux qui gèrent leur dossier. « Nous prions les responsables en charge de nos dossiers de nous permettre d’obtenir nos matricules afin que nous puissions travailler avec gaieté de cœur et subvenir à nos besoins et ceux de nos familles », conclut le collectif des médecins.

Il faut noter que depuis plusieurs mois, le personnel en charge des questions de santé est aux abois. Il y a quelques semaines c’est plusieurs milliers d’infirmiers qui avaient envahi les rues. Ils revendiquaient plusieurs années de salaires impayés. Une situation qui avait poussé le gouvernement à réagir en créant un comité chargé d’examiner  de près cette situation.

Mimi Mefo Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi