fbpx

Cameroun Actuel

Cameroun : pourquoi le général René Claude Meka ne contrôle pas le BIR

Le général René Claude Meka, chef d’état-major des armées camerounaises depuis plus de deux décennies, est un acteur incontournable dans les milieux de l’armée camerounaise. Cependant, il semble faire face à des défis lorsqu’il s’agit de contrôler le Bataillon d’intervention rapide (BIR), une unité d’élite de l’armée camerounaise. Selon le journal Africa Intelligence, les consultants israéliens qui ont contribué à la création du BIR bénéficient de réseaux soutenus par la présidence de la République, leur permettant de contourner l’autorité du général Meka.

L’article souligne que le général Meka a promu des carrières au sein de l’armée camerounaise, mais qu’il doit composer avec des hiérarchies parallèles, notamment au sein du BIR. Cette situation semble courroucer le général Meka, qui se voit contourné par les réseaux parallèles des patrons du BIR.

Par ailleurs, Africa Intelligence rapporte que le général Meka a récemment refusé l’achat de blindés turcs BMC, malgré que cet accord ait été directement négocié par le ministre de la défense, Joseph Beti Assomo. Cette décision souligne les tensions et les divergences au sein de l’armée camerounaise.

Le général Meka, ancien directeur de la sécurité présidentielle, est marié à une Française et est considéré comme l’un des hommes clés du régime. Il a été particulièrement impliqué dans la résolution du différend frontalier avec le Nigeria concernant la péninsule de Bakassi. Après la décision favorable de la Cour internationale de justice, il est désormais chargé de sécuriser ce territoire, notamment en déployant le BIR.

Il est évident que le général Meka fait face à des défis complexes dans sa tentative de contrôler le BIR. Les réseaux soutenus par la présidence de la République et les patrons du BIR semblent avoir une influence significative sur les opérations de cette unité d’élite. Il reste à voir comment le général Meka parviendra à résoudre ces tensions et à maintenir l’autorité de l’armée camerounaise dans son ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi