fbpx

Cameroun Actuel

Cameroun : Olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto, emprisonné depuis 1095 jours pour complicité de tentative de révolution

Bibou Nissack

Ulrich Olivier Bibou Nissack, porte-parole du président national du parti politique Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), est privé de liberté depuis maintenant 1095 jours. Sa détention fait suite à l’appel lancé par Maurice Kamto en faveur des « marches blanches », une manifestation prévue pour le 20 septembre 2020.

Le 22 septembre dernier, sa femme, madame Bibou Nissack, a rappelé dans une communication que son mari avait été illégalement enlevé par le commissaire divisionnaire Mendouga à leur domicile conjugal à Yaoundé, au Cameroun. Depuis lors, Ulrich Olivier Bibou Nissack a été conduit à la prison de Yaoundé Kondengui, où il côtoie ses camarades politiques, dont le professeur Alain Fogue Tedoum, trésorier national du Mrc.

Lors de son arrestation, Ulrich Olivier Bibou Nissack pensait être conduit à une entrevue avec le Délégué général à la Sureté nationale (Dgsn), mais il a rapidement découvert que le véhicule empruntait un autre itinéraire. Depuis ce jour, il est incarcéré sans avoir été présenté à un juge ni avoir reçu de titre de détention ou d’arrestation.

Les premières audiences ont été tenues sans que les prévenus ne soient extraits de la prison. Me Meli Hyppolite Tiakouang, avocat de la défense, a noté dès le début de l’audience du 22 octobre 2020 : « Aucun titre de détention, ni d’arrestation n’a été présenté. » Cette situation soulève de sérieuses interrogations quant à la légalité de la détention d’Ulrich Olivier Bibou Nissack et de ses compagnons.

Le 27 décembre 2021, Ulrich Olivier Bibou Nissack et ses co-accusés ont été condamnés à 07 ans d’emprisonnement pour complicité de tentative de révolution, d’attroupement aggravé et de rébellion. Cette peine est le résultat des marches projetées du 22 septembre 2020, qui avaient pour objectif de dénoncer le « hold-up » des consultations électorales présidentielles du 07 octobre 2018, le détournement de biens publics lié à la construction des infrastructures pour la Coupe d’Afrique des Nations (Can) et la guerre en cours depuis 2016 dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

La détention prolongée d’Ulrich Olivier Bibou Nissack soulève des préoccupations quant au respect des droits de l’homme et de l’État de droit au Cameroun. De nombreux observateurs internationaux ont exprimé leur inquiétude face à cette situation et ont appelé à la libération immédiate de tous les prisonniers politiques. Il est essentiel que le gouvernement camerounais garantisse un procès équitable et transparent pour Ulrich Olivier Bibou Nissack et ses co-accusés, conformément aux normes internationales en matière de droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi