fbpx

Cameroun Actuel

Buea : un étudiant accusé de complicité dans le vol d’un téléphone dans une cité étudiante sollicite une assistance juridique

Dans une affaire récente à Buea, Haiwang Rigobert, un élève ingénieur à la Faculty of agriculture and veterinary medicine, est détenu au commissariat de Molyko depuis quelques jours. Il est accusé d’avoir joué un rôle dans le vol d’un téléphone dans une cité étudiante. Cependant, l’étudiant affirme qu’il est victime d’une accusation injuste et sollicite une assistance juridique pour prouver son innocence.

Selon les déclarations de l’étudiant en médecine vétérinaire, il aurait rencontré une jeune femme anglophone qui lui aurait demandé de l’argent pour se nourrir. N’ayant pas les moyens de lui donner de l’argent, il lui aurait proposé de venir manger chez lui. Après le repas, la jeune femme aurait demandé à utiliser un téléphone avec une carte SIM MTN, mais l’étudiant ne possédait pas cette carte SIM. Voyant sa voisine à proximité, la jeune femme lui aurait demandé d’utiliser son téléphone. Après avoir rechargé le téléphone pour la première fois, la compagnie MTN a coupé tout le crédit car la jeune femme avait une dette de 1000 F à régler. Elle aurait ensuite remis un autre numéro MTN avec 1000F à la voisine de l’étudiant, avant de partir recharger la nouvelle carte SIM.

L’étudiant affirme qu’il est parti ensuite avec la jeune femme pour se rendre à différents endroits, laissant sa voisine et son compagnon avec le téléphone. Plus tard dans la soirée, il aurait reçu des SMS lui indiquant que sa voisine se plaignait que la jeune femme avait fui avec son téléphone. À son retour, la voisine lui aurait expliqué qu’elle avait remis le téléphone une deuxième fois à la jeune femme, mais que celle-ci avait disparu avec.

Malheureusement, l’affaire s’est retournée contre l’étudiant lorsque la famille de la présumée voleuse est intervenue. La famille a décidé de porter plainte, accusant l’étudiant d’avoir pris le téléphone et de l’avoir remis à la jeune femme. Cependant, l’étudiant affirme qu’il n’était même pas présent lorsque la voisine a remis le téléphone pour la deuxième fois. Il a été convoqué par les autorités et a été surpris d’entendre le père de la jeune femme affirmer que c’était lui qui avait rédigé la première plainte, mentionnant l’accusation d’abus de confiance et de vol de téléphone. Heureusement, l’écriture manuscrite prouve que la plainte a été rédigée par la fille et non par l’étudiant.

Face à cette situation difficile, l’étudiant sollicite une assistance juridique pour prouver son innocence. Il est important de mener une enquête approfondie afin de démêler les faits et de déterminer la vérité dans cette affaire. La présomption d’innocence doit être respectée et l’étudiant mérite une chance de se défendre contre les accusations portées contre lui.

Il est essentiel que les autorités compétentes prennent en compte tous les éléments de preuve disponibles, y compris les témoignages des personnes impliquées, afin de rendre une décision juste et équitable. Dans l’intérêt de la justice, il est crucial de garantir que l’étudiant bénéficie d’une défense légale adéquate et d’un procès équitable.

Il est regrettable de voir un étudiant prometteur confronté à de telles accusations qui pourraient avoir des conséquences néfastes sur sa réputation et son avenir. Espérons que la vérité éclatera bientôt et que la justice sera rendue dans cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi