fbpx

Cameroun Actuel

Biya-Macron : Tête-à-tête ou face-à-face ?

Le dernier échange de propos, plus ou moins belliqueux entre Paris et Yaoundé, fait redouter un accès de surenchère au cours de ce qui pourrait facilement virer à un face-à-face. Pour se dire quelque vérité. Les yeux dans les yeux. Les modifications survenues lundi dans l’après-midi, compressant à un jour, une nuit (contre deux), le programme officiel initialement publié, en rajoute aux appréhensions.

Mais, entre hommes (d’État) de bonne civilité, les choses ne se passent pas toujours ainsi. Aussi le programme officiel annonce-t-il un « entretien en-tête » (strict) entre le Président Paul BIYA et le Président Emmanuel MACRON. Le tête-à-tête prédispose, en effet, à l’écoute mutuelle, au dialogue, à la recherche des compromis. Un terme cher à l’illustre hôte français qui, après avoir perdu la majorité absolue à l’Assemblée Nationale, a fait le choix de rechercher les compromis, texte par texte, avec les partis d’opposition pour conduire son deuxième mandat à l’Élysée.

Au cœur du secret des confidences BIYA-MACRON, ce mardi 26 juillet 2022, au Palais de l’Unité…

Sixty minutes. Soixante minutes chrono. Les événements ici relatés vont se dérouler de 12h à 13h. C’est le créneau horaire prévu pour loger l’entretien en tête-à-tête BIYA-MACRON au cours de cette deuxième journée de la visite officielle du Président de la République Française au Cameroun. « Tête-à-tête strict  » selon les sources françaises (donc sans témoin). C’est le point d’orgue de cette visite. Faut-il le rappeler : la rencontre au sommet, BIYA-MACRON, aura été précédée, au cours des deux derniers mois, par des échanges de « civilités plutôt étranges ». Pour le moins désobligeantes.

Morceaux choisis

10 juin 2022 :  » Il nous a été donné de suivre avec étonnement, un échange plutôt étrange et inconvenant entre un certain Wilfried EKANGA se revendiquant de la nationalité camerounaise et le Président français, Monsieur Emmanuel MACRON, au cours de son déplacement, le 8 juin dernier en Région parisienne … ».

Le 24 mai 2022 : « Dans une émission diffusée sur les ondes de Radio France Internationale (RFI) dans la matinée du samedi 21 mai 2022, Monsieur Jean-Baptiste PLACCA, chroniqueur dans ladite Radio, s’érigeant en donneur de leçons, a cru devoir, à travers des élucubrations et conjectures ubuesques, révéler à l’opinion, les supposées vraies raisons du court séjour privé que le couple présidentiel camerounais vient d’effectuer sur le territoire de la Confédération Helvétique… « .

Diffusés en l’espace de trois semaines, de tels échanges de correspondance ne sont guère de nature à rassurer quant à la stabilité des relations France-Cameroun. Les deux interlocuteurs, au sommet des deux États partenaires, auront-ils la désobligeance d’évoquer ces passes d’armes ? Ou vont-ils choisir de les passer par pertes et profits en se tapant à l’épaule et en s’appelant par les prénoms ?

Comme sur la route de Damas :  » Paul, Paul, pourquoi me persécutes-tu ? ». Voyons, voyons, Emmanuel, tu es (le fils de) Dieu parmi nous. Jupiter (dieu suprême), on t’appelle, mais toi, tu préfères Vulcain, le dieu des forgerons (éclats de rires).

Emmanuel : plus sérieusement, cet accord militaire avec les Russes ! Nos parts de marché qui se rétrécissent comme peau de chagrin. Et puis, après ce mandat que j’ai eu grâce à l’extrême complexité (complicité ?) de la classe politique française, je n’ai pas encore de bas de laine…

Paul : parlons peu, parlons vrai. Je vous écoute…

Emmanuel : trouvons des compromis, dossier par dossier, et faisons tabula rasa de ce qui a pu nous fâcher…

Paul : Je crois que nos collaborateurs travaillent juste à côté. Ils sauront nous faire les meilleures propositions au plan technique. Sinon, au plan politique, il n’y a rien à redouter. Je reste disposé à raffermir les excellentes relations qui existent si heureusement entre nos deux pays. Le plus important, c’est que l’on se tienne la main dans le respect bien compris de nos intérêts respectifs pour la satisfaction des populations qui nous font confiance.

Ta jeunesse, la fraîcheur des idées dont tu es porteur… tout cela me revigore. Une telle dynamique (New Impetus, disons-nous en anglais au Cameroun) pourrait être partagée. Avantageusement.

A la conférence de presse, je vais introduire le propos, puis vous allez suivre. Ensemble, nous répondrons aux questions de la presse. Je vous préviens : la presse camerounaise est assez entreprenante. J’en fais les frais tous les jours. Au déjeuner, nous pourrions poursuivre allègrement cet entretien. Éclats de rire et… Rideau.

Par Jean Atangana, Éditorialiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi