fbpx

Cameroun Actuel

Biden rejoint TikTok en vue de l’élection de 2024

Israël a annoncé lundi avoir libéré deux otages à Rafah, ultime cible affichée de son offensive dans la bande de Gaza. Le Hamas au pouvoir a fait état de 52 Palestiniens tués lors de cette opération nocturne.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ordonné à son armée de préparer une offensive sur Rafah, à frontière avec l’Egypte, où se masse actuellement la majeure partie de la population du territoire palestinien, selon l’ONU, suscitant l’inquiétude de la communauté internationale.

Le Hamas a prévenu dimanche qu’une telle offensive « torpillerait » tout accord pour une libération des otages qu’il détient encore à Gaza. Mais Israël a affirmé que les frappes dans la nuit de dimanche à lundi s’inscrivaient non pas dans le lancement de cette offensive, mais d’une opération pour récupérer deux otages enlevés le 7 octobre lors de l’attaque sans précédent des combattants du Hamas dans le sud d’Israël, point de départ de cette guerre.

« Fernando Simon Marman, 60 ans, et Louis Har, 70 ans, ont été récupérés lors d’une opération nocturne à Rafah menée conjointement par l’armée le Shin Beth (Sécurité intérieure) et la police israéliennes », selon un communiqué de ces trois services.

Enlevés au kibboutz Nir Yitzhak, les deux hommes « sont en bonne condition médicale », selon le texte. « Trois terroristes ont été tués dans l’immeuble où ils étaient détenus », selon un premier bilan de l’armée israélienne, qui s’était auparavant bornée à confirmer avoir « mené une série de raids contre des cibles terroristes dans le sud de la bande de Gaza ».

Encore une centaine d’otages

Ces frappes ont touché 14 maisons et trois mosquées dans différents secteurs de Rafah, selon le gouvernement du Hamas. Environ 250 personnes ont été enlevées en Israël le 7 octobre et emmenées à Gaza. Une trêve d’une semaine en novembre avait permis la libération de 105 otages en échange de 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël. Avant la libération des deux derniers otages, Israël estimait que 132 étaient toujours détenus à Gaza, dont 29 seraient morts.

Rafah est devenue le dernier refuge pour les Palestiniens coincés à la frontière fermée avec l’Egypte, au nombre d’1,4 million selon l’ONU, en grande majorité des déplacés ayant fui la guerre qui fait rage depuis quatre mois entre Israël et le mouvement islamiste. Le président américain Joe Biden a exhorté le…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi