fbpx

Cameroun Actuel

Basket 3×3: Lausanne perd une troisième finale à domicile

L’Espagne est devenue pour la première fois championne du monde en s’imposant 1-0 face à l’Angleterre, championne d’Europe en titre, en finale du Mondial féminin à Sydney.

Il n’aura fallu que trois éditions (2015, 2019, 2023) pour que la Roja s’envole sur le toit du monde. Bousculées avant le Mondial par des tempêtes extra-sportives entre les joueuses et la fédération et surtout le sélectionneur Jorge Vilda, les Espagnoles ont battu les Anglaises, favorites, pour devenir championnes du monde pour la première fois de leur histoire.

La jeunesse, la créativité et le jeu de passes espagnols ont pris le pas sur l’expérience et le flegme des Anglaises, loin de leur sérénité habituelle.

Carmona, double sauveuse

Après deux demi-finales perdues, les Anglaises, sacrées championnes d’Europe l’an passé, jouaient aussi une première finale de Coupe du monde, mais ont manqué la dernière marche. Les joueuses de Sarina Wiegman n’ont pas réussi à ramener ce titre mondial que l’Angleterre attend depuis le titre mondial des hommes en 1966.

Comme en 2019 avec les Pays-Bas, la sélectionneuse termine vice-championne du monde, après un titre européen.

Les coéquipières d’Olga Carmona ont, elles, suivi le chemin des plus plus jeunes, après le sacre mondial des U17 et des U20 en 2022. Ces trois titres ont d’ailleurs été remportés par la pépite Salma Paralluelo, âgée de 19 ans, titularisée dimanche soir et toujours virevoltante sans avoir été décisive.

Dans une première période, perturbée par l’incursion d’un spectateur avec un tee-shirt « Free Ukraine » sur le terrain et où les espaces étaient souvent trouvés, les Espagnoles ont profité d’une erreur de la défenseure anglaise du FC Barcelone Lucy Bronze, qui a perdu le ballon dans le rond central.

Parfaitement décalée à gauche, la capitaine espagnole de 23 ans, Olga Carmona, a croisé directement sa frappe à ras de terre et a trompé Mary Earps (29e). C’est déjà elle qui avait marqué le but de la victoire en demi-finale contre la Suède (2-1)

Mary Earps a tenté de maintenir en vie ses coéquipières en arrêtant un penalty, sifflé pour une main de Keira Walsh dans la surface par le VAR et mal tiré par Jennifer Hermoso, qui a raté sa deuxième tentative dans cet exercice au Mondial, après un premier échec contre le Costa-Rica.

Bousculées par le jeu et la technique de la Roja, les Anglaises n’ont pas pu compter sur Lauren James, de…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi