fbpx

Cameroun Actuel

Autoroute Kribi-Lolabé : enjeux et défis d’un contrat en révision

L’autoroute Kribi-Lolabé, ouverte en juillet 2022 après sept ans de construction, se retrouve sous les projecteurs pour des raisons contractuelles tendues. À peine dix mois après son exploitation par la société chinoise Kribi Highway Management (KHM), une filiale de la China Harbour Engineering Company (Chec), l’État camerounais exprime l’urgence de revoir les termes du contrat initialement signé en 2020. Ce besoin de révision découle d’un déséquilibre entre les recettes et les dépenses, plaçant le modèle financier sous tension.

Le processus de relecture du contrat, lancé en juin 2023, continue. Sous la présidence du ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, des discussions ont révélé les exigences de KHM pour parvenir à des conclusions satisfaisantes. La société insiste sur le paiement des loyers correspondant aux investissements consentis pour cette infrastructure reliant le Port en eau profonde de Kribi (PAK).

Les discussions ont soulevé des points cruciaux, notamment les loyers associés à l’exploitation de l’autoroute. Actuellement, le déséquilibre entre recettes et dépenses est attribué à un trafic bien en deçà des prévisions. L’écart entre les recettes de péage et les dépenses atteint 3,53 milliards de FCFA, éloigné des projections.

Les négociations, entamées il y a six mois, semblent piétiner. Les représentants de la partie privée semblent ne pas avoir le pouvoir de décision nécessaire pour parvenir à un accord. Des propositions ont été avancées pour annuler les intérêts moratoires et réviser les loyers, mais le partenaire privé insiste sur le règlement du loyer L1 avant la fin de 2023.

Cependant, ces pourparlers semblent compliqués et pourraient s’étendre sur une longue période. Le coût total de la dette liée à la construction de l’autoroute implique des loyers sur une durée de 30 ans. Un rapport mentionne que le contrat ne sera pas modifié avant 2025, nécessitant des versements annuels à Chec.

La complexité des discussions et les enjeux financiers importants laissent entrevoir un processus long et complexe pour parvenir à un accord entre les parties.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi