fbpx

Cameroun Actuel

Assemblée nationale : Cavaye Yeguié Djibril rédige une lettre d’excuse à Paul Biya

Cavayé Yeguié Djibril, président de l'Assemblée nationale

Le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril, est perdu et c’est le moins que l’on puisse dire. Coincé entre sauvegarder ses relations privilégiées qu’il entretient avec la présidence de la République, notamment Paul Biya depuis 30 ans et protéger un membre de sa famille, l’ex- directeur de Cabinet, Boukar Abderahim.

En effet, le 10 novembre 2023, à l’occasion de la rentrée parlementaire du mois de novembre, le président de l’Assemblée nationale a tenu des propos quasiment lunaires à l’égard de l’exécutif dirigé par Paul Biya. Il a déclaré : « je voudrais rappeler à tous que le Cameroun est un Etat de droit marqué par la séparation des pouvoirs : l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire. Ces derniers fonctionnent dans l’harmonie totale sous la Très Haute Direction du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef des Institutions Nationales. Nul n’a le droit de perturber cet équilibre institutionnel. Chacun doit rester à sa place ». Inédit dans la vie des institutions au Cameroun.

La pilule passe mal à la présidence de la République, notamment la dernière phrase « Chacun doit rester à sa place » qui vise en réalité le SGPR et Samuel Mvondo Ayolo. Paul Biya est informé des propos sidérants du président de l’Assemblée nationale à l’égard de l’exécutif dont il est le chef. Cavaye comprend qu’il vient de commettre une grosse bourde. Il veut la réparer et rédige une lettre d’explication doublée d’excuses à Paul Biya.

Sauf qu’il ne sait pas comment acheminer ladite lettre d’excuse à son prestigieux destinataire. Par le canal officiel, le secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh allias l’homme à la punk, impossible. Les deux se détestent. Par le directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Mvondo Ayolo, c’est du « je t’aime moi non plus».

C’est alors qu’il fait appel au député Mvondo Assam Bonivan. C’est le neveu de Paul Biya. Le PAN veut utiliser ce couloir pour porter directement le courrier au chef de l’Etat. Bonivan arrive et fait savoir au président de l’Assemblée nationale que son oncle ( le chef de l’Etat) déteste que ses enfants puissent l’utiliser dans des manœuvres personnelles et qu’il ne prendrait pas un risque de se fâcher avec Paul Biya. Il conseille à Cavaye Yeguie Djibril de trouver quelqu’un au sein de l’appareil bénéficiant de l’autorité nécessaire et qui pourrait faire acheminer le courrier au président de la République.

Cependant, avant de se séparer, Mvondo Assam Bonivan a promis au président de l’Assemblée nationale de revenir vers lui. Cavaye attend donc depuis son retour, sa lettre dans sa gandoura.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi