fbpx

Cameroun Actuel

Anniversaire de la Disparition d’Ahmadou Ahidjo : retour sur le Mystère d’un Président Énigmatique

Ahmadou Ahidjo, 1er président de la République du Cameroun

Le 30 novembre 2023 marquait le triste anniversaire du décès du premier président de la République du Cameroun, Ahmadou Ahidjo. C’était il y a exactement 34 ans, le 30 novembre 1989, que cet homme politique influent quittait soudainement ce monde à Dakar, terre d’accueil où il avait trouvé refuge.

Sa disparition est survenue suite à une crise cardiaque, laissant dans son sillage le silence et l’indifférence des autorités camerounaises de l’époque. Cependant, malgré ce départ discret, il a été entouré de l’affection de sa famille et de quelques rares amis, parmi lesquels Emile Derlin Zinzou, ancien président du Dahomey (actuel Bénin). Les paroles prononcées par Zinzou lors de l’oraison funèbre, conservées dans les archives sonores de RFI, demeurent empreintes de solennité et de signification.

Cet événement soulève à nouveau des interrogations et incite à revisiter certaines phrases de l’oraison funèbre, offrant un éclairage sur la personnalité énigmatique et l’héritage controversé d’Ahmadou Ahidjo. La discrétion de son décès a parfois alimenté des spéculations, amplifiant le mystère entourant sa vie et sa disparition.

À l’occasion de cet anniversaire, cette commémoration permet de replonger dans l’histoire du Cameroun, de revisiter le legs politique et l’influence durable de cet ancien président, et de questionner les récits souvent énigmatiques entourant sa vie publique et privée.

L’absence de réaction officielle lors de son décès a suscité diverses réflexions sur la place d’Ahmadou Ahidjo dans la mémoire collective du Cameroun. Cette commémoration offre ainsi une opportunité de réexaminer l’héritage politique, social et culturel laissé par cet homme d’État, tout en explorant les zones d’ombre persistantes entourant sa personnalité et sa gouvernance.

L’anniversaire de la disparition d’Ahmadou Ahidjo est l’occasion de revisiter son histoire, son impact et les mystères qui continuent de l’entourer, permettant ainsi aux générations actuelles de mieux comprendre cet ancien leader et son influence sur l’histoire contemporaine du Cameroun.

« Ahidjo mon ami, mon frère, voici notre dernier rendez-vous, du moins en ce monde, puisque nous sommes croyants. (…) Heureux ceux qui meurent en laissant des traces, un sillon. Les sillons que tu as creusés attesteront longtemps encore aux yeux des générations qui se succèdent, ce que tu fus que nul n’oserait contester : le bâtisseur, le père du Cameroun moderne. A la vérité, tu n’eus qu’une seule et grande passion : le Cameroun.

Nul ne pourra t’interdire d’Histoire et empêcher que celle-ci sereine et impartiale, dise que tu fus de ta patrie et de l’Afrique un grand et digne fils (…) Et le destin n’est point oublieux qui t’a ramené mourir en Afrique et ici (à Dakar). Pour l’authentique Africain que tu étais, c’est une grande consolation (…)”, avait déclaré Emile Derlin Zinzou le jour des obsèques.

Dans une interview accordée il ya de cela quelques mois à la chaîne de télévision française France 24, Paul Biya , le chef de l’Etat camerounais abordait la question relative à la dépouille de son prédécesseur restée à Dakar depuis sa disparition le 30 novembre 1989. “ J’ai cru comprendre qu’il y avait un problème pour ce qui est de l’ancien président (…) Oui. Il y a eu des événements malheureux sur lesquels je ne reviendrai pas, en 1984, et l’Assemblée nationale, sur ma proposition, a voté une loi d’amnistie. Ceux qui ont vécu ces tristes événements ont retrouvé leurs droits, il y en a même qui sont au gouvernement. Le problème du rapatriement de la dépouille de l’ancien président est, selon moi, un problème d’ordre familial (…) ”.

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique Economie (N° 169, juillet 1993), l’ex-première dame et veuve de Ahmadou Ahidjo faisait des précisions qui restent d’actualité sur cette question. Germaine Habiba Ahidjo indiquait que: “ Je tiens à rappeler qu’Ahidjo était un chef d’Etat. Il n’appartient pas qu’à sa famille. Il appartient en premier lieu au peuple camerounais. Il n’est pas un simple citoyen. Il a été président de la République dans son pays, et il a été enterré ici (ndlr, à Dakar) par un président de la République (ndlr, Abdou Diouf). (…) Tout ce que je peux dire, c’est que l’on a fait en sorte que si un jour il devait rentrer au Cameroun, ce soit possible, dans le respect des rites de notre religion. Le reste ne m’appartient pas ”, avait-elle déclaré.

« La dépouille de l’ancien président camerounais Ahmadou Ahidjo mort et enterré au cimetière de Yoff à Dakar le 30 novembre 1989 sera rapatriée dans son pays en mars 2010 » titraient quelques journaux camerounais dans leur parution du mois de Juin dernier. Selon ces sources, Cette décision avait été prise d’un commun accord entre les autorités sénégalaises et camerounaises.

En effet, du 8 au 14 juin dernier, Martin Belinga, conseiller spécial du Président Paul Biya, a séjourné au Sénégal en vue de s’entretenir sur le sujet avec le Président Abdoulaye Wade. Les discussions ont donc abouti à un accord sur la date du transfert des restes de l’ancien chef de l’Etat camerounais.

Qui était Ahmadou Ahidjo ?

Peul, né à Nassarao, près de Garoua le 24 août 1924, c’est en 1941 qu’Ahmadou Ahidjo, après deux ans de formation à l’École primaire supérieure de Yaoundé, est recruté à la Poste et affecté à Douala.

(1) Entré en politique en 1947, il est élu délégué de la Bénoué à l’Assemblée territoriale. Conseiller de l’Union française en 1953, il consolide sa position en accédant à la présidence de l’Assemblée territoriale en 1956, année où il crée le Mouvement pour l’évolution du Nord-Cameroun. En 1957, le Cameroun devient un État sous tutelle, avec André-Marie Mbida comme Premier ministre et Ahidjo comme vice-Premier ministre.

Pour la France, ce statut doit évoluer vers l’indépendance. Mais elle se trouve devant deux écueils :

– l’insurrection des nationalistes de l’Union des populations du Cameroun (UPC) depuis décembre 1956

– l’opposition de Mbida à toute idée d’indépendance.

Paris ne tergiverse pas, qui décide de mater la rébellion de l’UPC et d’évincer Mbida, qu’il fait remplacer par Ahidjo, considéré comme plus souple. Ce dernier joue le jeu et transforme son groupe parlementaire en parti, l’Union camerounaise (UC), dont l’influence se limite au nord du pays. Le 1er janvier 1960, il proclame l’indépendance du Cameroun, dont il devient, cinq mois plus tard, le premier président.

(2)Une fois au pouvoir, Ahidjo montre clairement sa volonté d’être le seul maître à bord, avec pour unique leitmotiv l’unité nationale. Réunification avec ce qui reste du Cameroun sous tutelle britannique, création d’un parti national grâce au ralliement des autres formations politiques à l’UC, rebaptisée Union nationale camerounaise (UNC), musellement de l’opposition? Tels sont ses grands chantiers. Et il les réalise avec une habileté et une fermeté inattendues. Si les libertés individuelles sont sacrifiées, il cherche en revanche à moderniser son pays.

Ahidjo entre dans l’Histoire le 4 novembre 1982, lorsqu’il renonce au pouvoir à l’instar du Sénégalais Léopold Sédar Senghor, deux ans auparavant. Et passe le flambeau à son Premier ministre Paul Biya. Mais il garde la présidence de l’UNC. Biya vit mal cette situation, qui le prive, en quelque sorte, du plein exercice du pouvoir.

En mars 1983, Ahidjo propose l’institutionnalisation du parti, pour affirmer sa primauté sur l’État. Biya répond en limogeant du gouvernement des proches de ce dernier, qui quitte le pays en juillet et s’installe en France. Un mois plus tard, son successeur annonce la découverte d’un complot qu’aurait instigué Ahidjo. En février 1984, au terme du procès des putschistes, l’ancien président est condamné à mort par contumace.

Vivant désormais entre la France et le Sénégal, Ahidjo suit de près l’évolution de son pays. Et entre dans des colères récurrentes à chaque mauvaise nouvelle. Sa santé en pâtit, jusqu’au dénouement fatal. Son corps, inhumé à Dakar, n’a toujours pas été rapatrié au Cameroun, faute d’autorisation.

En dehors de la réhabilitation, dans le cadre du processus de démocratisation en décembre 1991, d’Ahmadou Ahidjo en même temps que Ruben Um Nyobe, Félix Roland Moumié et Ernest Ouandié, le gouvernement camerounais va-t-il engager une autre phase significative de reconnaissance de ces figures historiques ? Y a-t-il un signal fort ce 30 novembre 2005 à l’endroit de la famille d’Ahmadou Ahidjo et des Camerounais ? On ne perd rien à attendre le dernier mot du ”successeur constitutionnel” d’Ahmadou Ahidjo.

A en croire certaines indiscrétions, l’une des dernières volontés de Ahmadou Ahidjo serait d’être inhumé dans le caveau familial aménagé à Nasarao, son village natal entre Garoua et Pitoa où reposent sa mère, sa première épouse, et l’un de ses oncles.

(1) Histoire du Cameroun, Engelbert Mveng, P-P59- 60
(2) Tshitenge Lubabu M.K, Les cahiers de JA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi