fbpx

Cameroun Actuel

Alerte au Cameroun : détection de cas de Monkeypox dans deux villes, le virus s’étend en Afrique centrale

La propagation du Monkeypox au Cameroun suscite des inquiétudes croissantes alors que deux cas de la maladie ont été confirmés, l’un ayant tragiquement entraîné un décès à Douala, tandis que l’autre cas persiste à Bamenda, dans la région du Nord-Ouest.

Selon les dernières données du Centre de coordination des opérations d’urgences de santé publique (Ccousp), le Cameroun compte actuellement onze cas suspects et deux cas confirmés de Monkeypox. Ces chiffres reflètent une situation alarmante alors que le virus se répand dans toute l’Afrique centrale.

Les autorités soupçonnent que ces cas pourraient avoir été importés de la République Démocratique du Congo voisine, qui est touchée par une vague d’infections de Monkeypox. Entre février 2023 et février 2024, la RDC a enregistré plus de 19 000 cas et près de 1 000 décès, la majorité concernant des enfants de moins de 15 ans.

Outre la transmission classique, les experts s’inquiètent désormais de la transmission sexuelle du Monkeypox, en particulier dans l’est du pays. Jean Kaseya, Directeur Général du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Africa), souligne l’urgence d’une réponse coordonnée face à cette situation préoccupante.

Pour contrer cette menace croissante, un forum régional d’urgence intitulé « Réunion régionale d’urgence de haut niveau sur le Monkeypox en Afrique » s’est tenu à Kinshasa du jeudi 11 au samedi 13 avril. L’objectif principal était de partager les expériences et d’élaborer des stratégies communes pour prévenir et répondre efficacement à la propagation du Monkeypox en Afrique.

Les discussions lors de ce forum ont porté sur diverses thématiques, notamment les mécanismes de coordination des interventions d’urgence nationale et régionale, le renforcement des capacités de surveillance épidémiologique aux frontières et dans les laboratoires, ainsi que la réglementation, le financement et l’investissement dans la fabrication de vaccins et de traitements.

En réponse à cette montée du virus, le CDC Africa met l’accent sur la vaccination et la prescription d’antiviraux comme mesures prioritaires. Ces actions sont cruciales pour contenir la propagation du Monkeypox et protéger la santé publique dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi