fbpx

Cameroun Actuel

Alain Berset admet des contacts avec le directeur de Ringier

Le président de la Confédération Alain Berset avait connaissance des échanges entre son chef de la communication et les médias dans le cadre des fuites pendant la pandémie. Mais il n’aurait pas su leur contenu, ont informé vendredi les commissions de gestion.

Il n’y a aucun indice qui permet de ne pas croire ce qu’a dit M. Berset, a indiqué Philippe Bauer (PLR/NE) au nom des commissions de gestion du Parlement devant la presse à Berne.

Les commissions ont rapidement pu établir qu’il y a eu de nombreuses indiscrétions. Mais « nous n’avons pas réussi à identifier tous les auteurs des indiscrétions, ni tous les destinataires », a précisé M. Bauer. « Des e-mails ont été effacés. » L’ancien chef de la communication du Département fédéral de l’Intérieur (DFI) a notamment fait effacer ses mails privés.

M. Bauer a toutefois ajouté que, selon les commissions de gestion, d’autres mails envoyés par ou destinés à l’ancien chef de la communication du DFI laissent penser que les informations classifiées ou non publiques étaient traitées « à la légère ». Il n’était pas rare que des informations soient sciemment partagées avec des personnes extérieures ou des médias.

Interrogé sur sa définition d’une indiscrétion, l’ancien chef de la communication Peter Lauener a indiqué que des renseignements pouvaient sans problème être partagés avec des journalistes afin de leur donner des informations contextuelles. Mais cette conception ne correspond pas aux prescriptions, indiquent les commissions dans leur rapport.

Le Neuchâtelois a cependant précisé: « Nous avons voulu garder la proportionnalité. » Il n’est pas possible de contrôler toutes les adresses mails privées et publiques de toutes les personnes susceptibles d’avoir été concernées.

200 articles concernés

Quelque 200 articles publiés par 24 titres de presse concernant le Covid-19 ont été rédigés sur la base d’indiscrétions. Et 38 séances sur 50 du Conseil fédéral ont été « contaminées », a précisé Thomas de Courten (UDC/BL).

Les commissions ont étudié environ 500 articles et 50 séances du gouvernement. Seules douze d’entre elles n’ont pas été sujettes à indiscrétions. Dans les 38 autres cas, les décisions du Conseil fédéral avaient été publiées avant la séance.

Ce sont surtout les médias alémaniques, en premier lieu les médias de Ringier et de Tamedia, qui ont profité des indiscrétions de l’administration…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi