fbpx

Cameroun Actuel

Affrontement à Yaoundé : le journaliste Chantal Roger Tuile et son fils déférés devant la procureure

Chantal Roger Tuile

Le journaliste Chantal Roger Tuile et son fils Minsen Tuile William ont été déférés hier matin devant Mme Mbida, procureure de la République près du tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif.

Cette action fait suite à une altercation survenue dans une buvette du quartier Mendong à Yaoundé, où Chantal Roger Tuile et trois de ses enfants ont été impliqués dans un incident avec dame Badama Lucie. Les événements ont pris une tournure sérieuse lors de cette altercation, laissant la dame avec des blessures, notamment un œil amoché, une blessure à la tête et des vêtements déchirés. Tuile lui-même a été blessé à la tête et sa chemise déchirée.

Cette nuit-là, tous ont été appréhendés et conduits à la brigade de Mvog-Beti. Lors de son interpellation, Chantal Roger Tuile a prétendu, dans un message largement diffusé en ligne, que lui et ses enfants étaient arrêtés sous soupçon d’être affiliés aux ambazoniens. Cependant, une enquête sur les lieux a révélé qu’il s’agissait en réalité d’une bagarre.

En garde à vue, Tuile a nié toute connaissance préalable de la dame et a contesté avoir eu des avances envers elle. Néanmoins, les témoignages recueillis sur place et les échanges WhatsApp ont contredit ses déclarations. Deux de ses enfants ont été relâchés, mais son fils aîné, William âgé de 22 ans, et lui-même ont été déférés ce lundi matin devant la procureure. Ils font face à des accusations de « coups et blessures sur une femme ».

Ce matin, Chantal Roger Tuile a distribué un tract affirmant qu’un arrangement financier avait été convenu à la brigade de Mvog-Beti, où il aurait versé 150 000 FCFA sur les 250 000 FCFA demandés par la victime pour régler l’affaire à l’amiable.

Cette situation, impliquant un journaliste connu, suscite des interrogations sur les conséquences médiatiques et judiciaires à venir, alors que l’affaire continue d’évoluer sous le regard attentif du public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi