fbpx

Cameroun Actuel

Affaire Martinez Zogo : mise aux arrêts d’Arthur Essomba, le prétendu neveu d’Amougou Belinga, pour escroquerie et usurpation d’Iidentité

Martinez Zogo

Un nouveau rebondissement vient secouer l’affaire Martinez Zogo, avec l’arrestation de Bidzongo Mbede Albert alias Arthur Essomba, le prétendu neveu de Jean Pierre Amougou Belinga. Cet individu, au cœur de l’enquête, a été appréhendé pour des faits d’escroquerie, d’usurpation d’identité, de faux et usage de faux.

La situation a évolué au tribunal militaire, où l’affaire Martinez Zogo prend une tournure inattendue. Bidzongo Mbede Albert, sur qui une alerte avait été lancée il y a trois jours, a été placé en détention dans le cadre de cette affaire complexe.

Selon les derniers développements, Bidzongo Albert aurait été confronté aux gardes du corps de Martinez Zogo, révélant que quelques heures avant l’enlèvement de ce dernier, Albert avait rencontré la victime en se faisant passer pour un capitaine de la DGRE, prétendant également être le neveu d’Amougou Belinga. Sous prétexte de négocier un arrangement, il aurait suggéré une entente tout en portant un boubou blanc ce jour-là.

Cependant, les enquêtes menées par la gendarmerie ont démystifié ces affirmations. Albert n’est pas capitaine à la DGRE, et il n’a pas été reconnu par certains témoins clés. De plus, il a été déterminé qu’il n’est pas le neveu de Jean Pierre Amougou Belinga. Durant les confrontations, il a été avéré qu’Albert avait contacté le PDG de Vision 4 se présentant comme capitaine de la DGRE, puis comme SEMIL. L’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un imposteur, et Amougou Belinga n’a plus répondu à ses appels.

Convoqué de nouveau devant le tribunal militaire, Bidzongo Albert a été confronté à Amougou Belinga, reconnaissant qu’il n’avait jamais été mandaté pour négocier avec Martinez Zogo et qu’il n’était pas membre de la famille d’Amougou Belinga. Devant les magistrats militaires, il a déclaré que c’était une « stratégie que nous aussi nous utilisons pour vivre ». Les magistrats, visiblement mécontents, ont souligné les conséquences graves de ses actions.

En outre, il a été révélé que Bidzongo Albert aurait utilisé le nom d’une personne décédée pour se faire établir une fausse pièce d’identité. Cette personne aurait été rencontrée lors de son séjour en prison.

Le tribunal militaire a décidé de mettre Bidzongo Albert aux arrêts pour tentative d’escroquerie, faux et usage de faux, usurpation d’identité, entre autres. Cette affaire complexe continue de révéler des rebondissements surprenants, mettant en lumière les ramifications de certains individus dans des affaires judiciaires délicates.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi