fbpx

Cameroun Actuel

Affaire Martinez Zogo : Ferdinand Ngoh Ngoh cherche à déplacer l’enquête judiciaire

Ferdinand Ngoh Ngoh

De nouvelles révélations secouent l’affaire Martinez Zogo, mettant en lumière les tentatives du Secrétaire Général de la Présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, pour déplacer l’enquête judiciaire loin du juge d’instruction.

La découverte dans le téléphone de Martinez Zogo de nombreux échanges avec Ferdinand Ngoh Ngoh et son épouse, Céline Ngoh Ngoh, a déclenché une série de manœuvres pour retirer l’affaire des mains du juge d’instruction, Sikati II Kwamo Aime Florent, et du commissaire du gouvernement, Belinga Cerlin.

Tout a commencé avec la convocation de Martin Stéphane Savom, proche de Ferdinand Ngoh Ngoh, par le juge Sikati II. Cette convocation inattendue a semé la panique dans l’entourage du Secrétaire Général de la Présidence, notamment après les comptes rendus de Savom, mentionnant des correspondances avec le président Paul Biya, la Première Dame Chantal Biya, et des appels à des personnalités politiques.

Face à cette évolution dangereuse pour lui et ses proches, Ferdinand Ngoh Ngoh a cherché à obtenir le retrait du dossier des mains du juge d’instruction et du commissaire du gouvernement. Il a sollicité le président pour sanctionner les magistrats, les accusant d’une instruction à charge. Malgré cela, le juge Sikati n’a pas encore interrogé Savom sur le fond de l’affaire, se concentrant initialement sur son identification et l’établissement d’un profil.

Cela n’est pas la première fois que Ferdinand Ngoh Ngoh tente d’influencer l’enquête. Après la découverte du corps de Martinez Zogo, il avait déjà écarté le procureur de Mfou, Oyono Ebessa, chargé de l’enquête criminelle, pour créer une commission mixte, soulevant des soupçons quant à ses intentions.

Les nouvelles révélations du téléphone de Martinez Zogo mettent en lumière des échanges réguliers avec Ferdinand Ngoh Ngoh et son épouse, ainsi que des visites fréquentes à leur résidence. Face à cette proximité, le Secrétaire Général de la Présidence tente à nouveau de manipuler l’enquête en cherchant à remplacer les magistrats en charge du dossier.

Cependant, cette tentative de déplacement de l’enquête soulève des inquiétudes quant à l’ingérence potentielle dans la justice et la volonté de freiner les investigations sur l’assassinat de Martinez Zogo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi