fbpx

Cameroun Actuel

Affaire Hervé Bopda : nouveaux rebondissements judiciaires et révélations sur un vaste réseau de proxénétisme

Hervé Bopda

L’affaire Hervé Bopda, prédateur sexuel accusé de harcèlement sexuel, sodomie, menaces à main armée et autres crimes, connaît de nouveaux rebondissements judiciaires. Après les trois premiers tests de sérologie effectués par des laboratoires qui se sont révélés négatifs, le procureur, manifestant un doute sur les résultats, a ordonné un quatrième test qui sera réalisé au Centre Pasteur pour assurer une fiabilité maximale.

Hervé Bopda, âgé de 45 ans, reste entre les mains de la justice, ayant été à nouveau déféré au parquet du tribunal de première instance de Douala-Ndokoti le jeudi 15 février 2024. Cependant, au parquet, il a été renvoyé pour complément d’enquête à la police judiciaire de Bonanjo, où l’enquête préliminaire se poursuit. Le procureur a jugé que les éléments contenus dans le dossier n’étaient pas complets, et c’est dans ce contexte qu’il a requis un quatrième test de sérologie.

Selon nos sources, l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC) a été sollicitée pour reconstituer les messages effacés d’une plaignante, élargissant ainsi les investigations. La police sera chargée de collecter ces éléments, qui seront ensuite transmis au procureur après la complétion de l’enquête, où Hervé Bopda sera de nouveau déféré.

Actuellement, plus de huit plaintes ont été déposées contre Hervé Bopda, couvrant une série de motifs graves tels que le port illégal d’arme, l’escroquerie, les menaces, les viols en réunion, la tentative d’enlèvement sous la menace d’une arme, les agressions diverses, les menaces et le harcèlement sexuel, ainsi que la sodomie.

L’affaire, initialement envoyée au Tribunal militaire de Douala, se déroule désormais au tribunal de première instance de Douala. Les avocats de Hervé Bopda ont plaidé que l’arme détenue par leur client n’était pas destinée à un usage offensif mais plutôt à des fins de protection, entraînant ainsi le transfert du dossier du tribunal militaire au tribunal de grande instance de Douala-Bonanjo. Ce tribunal, à son tour, pourrait se déclarer incompétent face aux infractions, le viol étant l’infraction la plus répressive.

L’affaire Hervé Bopda a éclaté il y a quelques semaines, révélant des faits principalement situés à Douala et Yaoundé. Les dénonciations des victimes ont permis de mettre à jour un vaste réseau de proxénétisme, impliquant des complices parmi les influenceuses et influenceurs camerounais, ainsi que des ramifications au sein de l’appareil étatique. Certains faits impliquent des victimes mineures au moment des agressions présumées, faisant de cette affaire un dossier aux implications complexes et étendues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi