fbpx

Cameroun Actuel

Accusé de liens avec Moscou, le RN dénonce « une cabale »

L’armée israélienne poursuit mardi son offensive dans la bande de Gaza assiégée. Des bombardements ont secoué le territoire palestinien exangue dans la nuit, près de trois mois après le début de la guerre qui devrait durer tout au long de l’année.

Déclenché par une attaque du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre, le conflit a coûté la vie à près de 22’000 personnes dans l’enclave, majoritairement des femmes, adolescents et enfants, et fait plus de 57’000 blessés, selon le Hamas.

Malgré les demandes pressantes de la communauté internationale en faveur d’un cessez-le-feu, le porte-parole de l’armée, Daniel Hagari, a déclaré lundi que l’armée se préparait à des « combats prolongés » qui devraient durer « tout au long de l’année ».

« La pire année de notre vie »

Sur le terrain, des témoins ont fait état, dans la nuit de lundi à mardi, de tirs de missiles en direction de la ville de Rafah (sud) et de bombardements autour du camp de réfugiés de Jabaliya (nord).

Des combats ont également été signalés dans les zones d’al-Maghazi et de Bureij, ainsi que dans la principale ville du sud, Khan Younès, devenue l’épicentre des opérations de l’armée israélienne.

« C’est la pire année de notre vie », a déclaré à l’AFP Sami Hamouda, 64 ans, habitant de Gaza, à propos de 2023. « Chaque jour ressemble au précédent: bombardements, morts et massacres ».

Désastre humanitaire

En réaction à l’attaque du 7 octobre, Israël a juré de « détruire » le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza depuis 2007, et pilonne sans relâche le petit territoire où 129 personnes sur les quelque 250 prises en otage seraient toujours retenues par le Hamas et ses alliés locaux.

La guerre a provoqué d’immenses destructions et un désastre humanitaire dans le territoire palestinien placé par Israël en état de siège total depuis le 9 octobre, où la famine menace et où la plupart des hôpitaux sont hors service. Elle a aussi coûté la vie à 173 soldats israéliens, tués à l’intérieur de Gaza.

Des témoins dans le nord de Gaza ont déclaré lundi à l’AFP qu’ils avaient vu les forces israéliennes quitter plusieurs zones dans et autour de la ville de Gaza, suggérant probablement un redéploiement plutôt qu’un retrait permanent.

Le porte-parole de l’armée Daniel Hagari a déclaré que l’armée israélienne « adaptait la planification du déploiement des forces à Gaza »,…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi