fbpx

Cameroun Actuel

Accusations de manipulation politique : Cabral Libii pointe du doigt le ministère de l’Administration territoriale

Cabral Libii

Le député Cabral Libii a fait des déclarations fortes lors de son passage sur Canal 2 le 19 décembre, accusant ouvertement le ministère de l’Administration territoriale (Minat) d’alimenter les tensions au sein du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN). Pour lui, cette entité ministérielle exploite la situation conflictuelle opposant Robert Kona, l’un des fondateurs du PCRN, à son leadership actuel, contestant cette querelle de clochers.

Ces affirmations ne viennent pas uniquement de Cabral Libii, mais également de plusieurs proches du député, soulignant l’implication supposée du Minat dans cette crise interne. La députée Rolande Ngo Issi, affiliée au PCRN, a également pointé du doigt le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, l’accusant de manipuler la situation en soutenant Robert Kona.

Dans l’entourage de Cabral Libii, on va jusqu’à suggérer que Paul Atanga Nji serait derrière la récente conférence de presse de Robert Kona, organisée dans un hôtel prestigieux à Yaoundé. Cabral Libii sous-entend même que les appels aux journalistes pour cette conférence émanaient du cabinet du ministre Paul Atanga Nji.

Pour les partisans de Cabral Libii restant fidèles au PCRN, le ministère de l’Administration territoriale semble fermer les yeux sur la prétention de Robert Kona au titre de président fondateur du PCRN, un poste qui ne semble pas être officiellement reconnu dans les statuts du parti. Selon Cabral Libii, l’administration a pour rôle d’empêcher les usurpations de titre, et son inertie dans ce cas-ci serait une complicité dans le trouble de l’ordre public.

Ces déclarations font écho à une situation de tensions internes au sein du PCRN, mettant en lumière des enjeux de leadership et de légitimité au sein du parti politique. Les accusations de manipulation politique impliquant un ministère gouvernemental soulèvent des questions cruciales quant à l’ingérence potentielle des institutions dans les affaires internes des partis politiques au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi