fbpx

Cameroun Actuel

Accord historique pour le développement de la pisciculture et de la production laitière au Cameroun

Le 28 décembre 2023, à Yaoundé, une étape cruciale a été franchie pour le développement de l’élevage et de la production animale au Cameroun. Le ministre de l’Élevage, des Pêches et des Industries Animales (Minepia), Dr Taïga, et son homologue du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, ont scellé un accord de financement de 130 milliards de FCFA avec la Bridgin Foundation, une fondation belge renommée.

En présence du Premier ministre, Joseph Dion Ngute, cet accord vise à dynamiser la pisciculture et la production laitière au Cameroun par le biais de l’installation d’infrastructures et d’équipements dédiés.

Ce partenariat avec la Bridgin Foundation, réalisé en mode FBOT (Finance-Build-Operate-Transfer), est remarquable. En effet, la fondation belge financera, construira les infrastructures, assurera la production et la commercialisation des produits. Après 25 ans d’exploitation, les installations seront rétrocédées au gouvernement camerounais. Le ministre Mbarga Atangana souligne que l’État camerounais n’engage aucun fonds dans ce projet, se contentant de faciliter les procédures.

Selon les projections du ministre du Commerce, une fois réalisé, cet investissement permettra une production annuelle de 100 000 tonnes de poissons et 50 000 tonnes de lait. Ceci réduira considérablement les importations massives de poissons, actuellement évaluées à 250 000 tonnes par an, et représentant une dépense de l’ordre de 150 milliards de FCFA pour le pays.

Ce projet s’inscrit dans l’objectif des autorités de réduire les importations massives de produits laitiers et de poissons, ayant un impact négatif sur la balance commerciale du pays. Il s’aligne également avec la politique d’import-substitution du gouvernement, lancée en 2021.

Les retombées positives de cet investissement ne se limiteront pas à la seule production animale. Tanko Mouhamadou, directeur général et président de la Bridgin Foundation, affirme que les bénéfices engendrés serviront à améliorer les infrastructures dans les secteurs de l’éducation, de la santé, et à promouvoir l’autonomisation des femmes dans le pays.

Cet accord historique offre une perspective prometteuse pour l’économie camerounaise, renforçant la production locale, réduisant la dépendance aux importations et ouvrant la voie à un développement multisectoriel pour le bien-être général du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi