fbpx

Cameroun Actuel

AC/DC de retour au Letzigrund cet été

Lancé officiellement vendredi, le carnaval de Rio de Janeiro culmine dimanche et lundi avec les défilés des plus grandes écoles de samba dans l’enceinte de l’emblématique Sambodrome.

Le carnaval est célébré à travers tout le pays, mais c’est celui de Rio qui pèse le plus sur le plan culturel et économique.

« Ecoles » et Sambodrome

L’événement se joue au Sambodrome, monument de béton créé il y a 40 ans par le grand architecte brésilien Oscar Niemeyer. Du soir jusqu’au lever du jour, les écoles défilent le long de l’avenue Marques de Sapucai, une artère de 700 mètres de long entourée de tribunes comptant 70’000 places.

Dimanche et lundi défilent les 12 écoles du « Groupe spécial », l’équivalent de la première division des écoles de samba. Chacune vise le titre de championne.

Car le spectacle est aussi une compétition, arbitrée par des jurés et sanctionnée par un classement. Chaque année la dernière école au classement du « Groupe spécial » est rétrogradée et la meilleure école de seconde division accède au saint des saints pour la saison suivante. Rio compte au total 120 écoles de samba.

Les écoles disposent de 60 à 70 minutes pour convaincre le jury, qui se prononce sur des critères comme les costumes, le développement du thème du défilé, la section rythmique (« batterie ») et les chars monumentaux (« allégories »).

« Blocos »

Parallèlement, depuis un mois, Rio est le théâtre du carnaval de rue, qui lui aussi connaît son apogée jusqu’en début de semaine prochaine.

Il est animé par les « blocos ». Il s’agit de groupes de musiciens ou de fanfares, tantôt modestes, tantôt imposants. Leurs performances donnent lieu à des cortèges qui déambulent dans les quartiers.

Le Sambodrome vit la nuit, les « blocos » vibrent le jour, certains dès 7h00 du matin. L’alcool coule à flots.

Si le Sambodrome est le temple de la samba, les « blocos » s’ébrouent aussi sur d’autres rythmes: boléros, tangos, reprises des Beatles, ou encore funk carioca, sur lequel règne Anitta, aujourd’hui la plus grande vedette brésilienne à l’international. La star anime son propre « bloco », qui attire les foules.

Quelque 600 « blocos » défilent cette année dans les rues de Rio.

Argent

Pour 2024 le carnaval a reçu le financement le plus important de son histoire de la part du gouvernement régional, 62,5 millions de reais (près de 12 millions d’euros). Sur cette somme, 40 millions de reais sont destinés aux…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi