fbpx

Cameroun Actuel

Abdouraman Hamadou Babba dénonce l’arrogance de la ministre Célestine Ketcha Courtès

Abdouraman Hamadou Babba

Abdouraman Hamadou Babba, cadre originaire du Grand Nord du Cameroun, a récemment exprimé son mécontentement face à la ministre de l’Urbanisme, Célestine Ketcha Courtès.

Dans une sortie publique, il n’a pas mâché ses mots, dénonçant ce qu’il considère comme la condescendance et l’arrogance de la ministre, proche alliée de Chantal Biya et membre influent du RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais).

Le cadre du Grand Nord a particulièrement critiqué la réaction de Célestine Ketcha Courtès face aux critiques concernant la qualité des travaux de réhabilitation de la voirie de la ville de Maroua. Dans ses déclarations, Hamadou Babba a exprimé sa consternation devant la posture condescendante de la ministre, soulignant son mépris à l’égard des critiques légitimes.

« Madame Célestine Ketcha Courtès n’a pas conscience que le Président de la République et le Gouvernement sont au service du Peuple camerounais et non le contraire », a souligné Abdouraman Hamadou Babba, remettant en question la vision du pouvoir et de la gouvernance de la ministre.

Affirmant que le temps est venu pour le peuple camerounais de se libérer de l’emprise du régime Biya, qui, selon lui, plonge le pays dans la misère, Hamadou Babba appelle à l’indépendance politique. Il invite ses compatriotes à prendre conscience de leur souveraineté en se mobilisant pour remplacer le système actuel lors des prochaines échéances électorales.

L’homme, qui ne cache plus ses ambitions présidentielles, propose une première étape cruciale pour atteindre cet objectif : l’inscription massive sur les listes électorales. Selon lui, c’est en participant activement au processus démocratique que les citoyens pourront récupérer leur pays et retrouver leur liberté en 2025.

La sortie d’Abdouraman Hamadou Babba reflète les tensions croissantes au sein du pays et illustre les appels à un changement politique profond exprimés par certains acteurs de la société civile au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi